May 6, 2019 / 8:21 PM / 18 days ago

Wall Street en repli modéré, regain de tensions commerciales

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a terminé en baisse lundi, tout en ayant nettement réduit ses pertes initiales, après la menace de Donald Trump de relever les droits de douanes sur les produits chinois, qui a réveillé la crainte d’un échec des négociations en cours.

La Bourse de New York a fini en baisse lundi. L'indice Dow Jones a perdu 0,25%. /Photo prise le 6 mai 2019/REUTERS/Brendan McDermid

L’indice Dow Jones a perdu 66,47 points, soit 0,25%, à 26.438,48. Le S&P-500, plus large, a cédé 13,17 points, soit 0,45%, à 2.932,47. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 40,71 points (-0,50%) à 8.123,29 points.

L’indice Vix de volatilité du CBOE a pris 19,97%.

Le président américain a menacé dimanche sur Twitter de relever dès vendredi les droits de douane sur 200 milliards de dollars (178,5 milliards d’euros) de produits chinois importés aux Etats-Unis et d’en taxer 325 milliards de plus.

Il a enfoncé le clou lundi avec un nouveau message dans lequel il dénonce le déficit commercial américain avec la Chine, disant vouloir mettre un terme à cette situation.

Ce regain de tension sur le commerce international a fait vaciller tous les grands marchés mondiaux: la Bourse de Shanghai a fini la journée en baisse de 5,56% et en Europe, l’indice Stoxx 600 a cédé jusqu’à 1,59% en séance.

Pékin n’a pas réagi directement aux déclarations de Trump, le ministère chinois des Affaires étrangères se contentant de préciser que les préparatifs du déplacement d’une délégation à Washington se poursuivaient, prévu mercredi, sans préciser si le vice-Premier ministre chinois Liu He en ferait partie.

La menace de Trump a fait perdre jusqu’à 1,6% au S&P-500 en cours de séance et entraîné un mouvement vers les obligations du Trésor américain qui s’est soldé par une baisse des rendements.

Mais le S&P a réduit ses pertes en cours de séance, certains investisseurs continuant à espérer un accord rapide malgré tout.

“On a eu un mauvais démarrage mais le marché semble toujours croire à un accord commercial avec la Chine et qu’il s’agit d’une manifestation de l’art de la stratégie commerciale de Trump”, dit Gary Bradshaw, gérant chez Hodges Funds.

Après-Bourse, le représentant au Commerce Robert Lighthizer a dit que Pékin avait reculé sur certains de ses engagements et que les négociateurs américains avaient conseillé à Trump d’imposer de nouveaux droits de douanes sur les produits chinois si aucun n’accord n’est conclu d’ici vendredi.

Le contrat à terme E-mini S&P a cédé du terrain après la clôture, en baisse de 1,3%, à la suite de ces annonces.

VALEURS

Le repli a touché en premier lieu les grandes valeurs exposées au marché chinois ou jugées les plus sensibles aux tensions commerciales: Boeing notamment a perdu 1,25%, Apple 1,54% et Caterpillar 1,65%.

L’indice des valeurs industrielles accuse la plus forte baisse sectorielle, avec les produits de base.

Parmi les grands producteurs de semi-conducteurs qui réalisent une part importante de leur chiffre d’affaires en Chine, Advanced Micro Devices a abandonné 2,83% et Micron Technology 2,77%.

L’indice S&P de la santé (+0,58%) a été le seul idice sectoriel à terminer dans le vert.

Dans le secteur, Centene a pris 6,62%. Des sources proches du dossier ont dit à Reuters que deux fonds, Corvex Management et Sachem Capital Management, sont entrés au capital du groupe d’assurance-santé pour contrecarrer son projet de rachat de WellCare Health Plans (-0,68%).

Ailleurs, Anadarko Petroleum a gagné 3,80% alors qu’Occidental Petroleum (+1,43%) a augmenté la composante numéraire de son offre de 38 milliards de dollars sur sa concurrente, quelques heures après que Total a fait état d’un accord avec Occidental en vue du rachat pour 8,8 milliards de dollars d’actifs africains d’Anadarko au cas où cette offre serait couronnée de succès.

LES INDICATEURS DU JOUR

Aucun indicateur américain n’est venu contrecarrer ou au contraire accentuer l’impact négatif du regain de tensions commerciales sur la tendance à Wall Street.

LA SÉANCE EN EUROPE

Même si elles ont réduit leurs pertes en fin de séance, les Bourses européennes ont fini en net repli, les marchés actions ayant été pris par surprise par le changement de ton de Donald Trump sur le commerce avec la Chine.

À Paris, l’indice CAC 40 a perdu 1,18% à 5.483,52 points, sa plus forte baisse en pourcentage depuis le 22 mars, après avoir cédé en matinée jusqu’à 2,28%. A Francfort, le Dax a reculé de 1,01% et es marchés londoniens étaient fermés, la journée étant fériée au Royaume-Uni.

L’indice EuroStoxx 50 a cédé 1,13%, le FTSEurofirst 300 0,94% et le Stoxx 600 0,88% après avoir abandonné jusqu’à 1,59%.

Tous les indices sectoriels européens Stoxx ont fini dans le rouge et certaines des baisses les plus marquées ont touché les compartiments les plus exposés aux tensions commerciales: celui de l’automobile a perdu 2,12%, celui des hautes technologies 1,43%.

TAUX

Le repli sur les valeurs refuge dans la crainte d’un ralentissement de la croissance mondiale si un accord commercial entre Washington et Pékin se faisait trop attendre s’est traduit par une baisse des rendements obligataires.

Le rendement des obligations à dix ans du Trésor américain recule de plus de trois points de base à 2,50% et le celui du Bund allemand à 10 ans a fini la séance à 0,006% après une brève incursion en territoire négatif.

La baisse du rendement des Treasuries a nanmoins été freinée par l’attente d’une série d’adjudications pour 84 milliards de dollars (75 milliards d’euros) de dette du Trésor cette semaine.

CHANGES

Le regain d’aversion au risque profite au yen qui s’apprécie d’environ 0,2% face au dollar comme à l’euro.

Le billet vert cède 0,02% face à un panier de devises de référence et l’euro se traite sous 1,12 dollar.

Les devises asiatiques ont davantage accusé le coup: le yuan chinois a perdu près de 1%, pour revenir non loin de ses plus bas niveaux de l’année, autour de 6,80 pour un dollar.

Les dollars australien et néo-zélandais, exposés à la croissance chinoise, ont eux aussi cédé du terrain, tout comme le peso mexicain et la livre turque.

PÉTROLE

Les cours du pétrole ont fini en légère hausse, après avoir touché des plus bas de plus d’un mois en séance en réaction à la menace de Donald Trump sur les importations chinoises.

Le contrat juin sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 31 cents, soit 0,50%, à 62,25 dollars le baril, après être tombé à 60,04 dollars, à son plus bas niveau depuis le 29 mars.

Le Brent a pris de son côté 39 cents (+0,55%) à 71,24 dollars, après avoir touché un creux de 68,79 dollars, à son plus bas niveau depuis le 2 avril.

A SUIVRE MARDI:

Les investisseurs seront attentifs aux prévisions économiques de la Commission européenne.

Juliette Rouillon pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below