April 23, 2019 / 9:39 AM / in 3 months

Les Bourses européennes sans direction claire malgré le soutien du pétrole

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en ordre dispersé mardi dans la matinée au retour d’un week-end pascal prolongé, la tendance du marché étant dictée par la progression des cours du brut qui profite aux valeurs pétrolières mais pénalise le secteur aérien.

Les principales Bourses européennes évoluent en ordre dispersé mardi. À Paris, l'indice CAC 40 recule de 0,19% à 5.569,69 points vers 08h45 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,13% mais à Londres, le FTSE gagne 0,38%. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

À Paris, l’indice CAC 40 recule de 0,19% à 5.569,69 points vers 08h45 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,13% mais à Londres, le FTSE gagne 0,38%, grâce à la hausse du secteur pétrolier et de Thomas Cook.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,2%, le FTSEurofirst 300 abandonne 0,1% et le Stoxx 600 lâche 0,22%.

Les grandes places de la zone euro avaient auparavant signé une série de sept séances consécutives de hausse.

Ce mardi, l’agenda sera allégé du côté des indicateurs macroéconomiques mais reste animé sur le front des publications de résultats d’entreprises.

“Pour cette petite semaine, ce sont les résultats trimestriels qui devrait continuer à occuper les investisseurs au moins jusqu’au 26 avril prochain, date des publications des données préliminaires de la croissance du PIB du premier trimestre aux Etats-Unis, ainsi que la consommation des ménages et de l’indice des prix américain”, observe Thierry Claudé, directeur adjoint de Kiplink Finance.

PÉTROLE

Les cours du brut ont atteint dans la matinée de nouveaux plus hauts de cinq mois, profitant comme la veille de la décision américaine de lever les exemptions qui permettaient à huit pays de continuer d’importer du brut iranien.

Le baril de brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) monte à 66 dollars, après avoir touché son meilleur niveau depuis le 31 octobre à 66,19. Le Brent revient à 74,4 dollars après avoir touché un pic depuis le 1er novembre, à 74,53 dollars le baril.

VALEURS

La progression des cours du brut soutient logiquement le secteur lié au pétrole et au gaz qui s’octroie la plus forte progression en Europe (+1,87%).

A Paris, TechnipFMC et Total signent les deux plus fortes hausses du CAC avec des gains respectifs de 2,99% et 1,89%. Shell et BP prennent 2,09% et 2,08 à la Bourse de Londres.

Dans ce contexte, le compartiment du transport, du tourisme et des loisirs abandonne 0,74%, la hausse des prix du pétrole alourdissant la facture carburant pour les compagnies aériennes. Lufthansa, IAG, Ryanair, Air-France-KLM et EasyJet perdent entre 1,77% et 3,86%.

A contre-courant, Thomas Cook bondit de 16,78% à Londres après la publication d’informations de presse selon lesquelles le voyagiste a été approché par plusieurs groupes intéressés par son activité de tour opérateur ou l’ensemble de la société.

La plus forte baisse du Stoxx revient à Umicore qui chute de 16,59%, le groupe belge de matériaux et de technologies ayant lancé un avertissement sur ses résultats annuels à cause de retards dans le développement de véhicules électriques et du stockage d’énergie.

L’équipementier Plastic Omnium cède 0,55% alors que Faurecia prend 1,29% après la publication de leur chiffre d’affaires trimestriel diversement appréciés.

EN ASIE

La Bourse de Tokyo a terminé en légère hausse (+0,19%) avec la progression du secteur pétrolier et minier, bien que les investisseurs soient restés prudents avant les congés de la Golden Week et le repli de plusieurs poids lourds de la cote sur des prises de bénéfices.

En Chine, le CSI300 des grandes capitalisations a reculé de 0,16% et le SSE Composite a perdu 0,51% au lendemain d’une baisse marquée dans la crainte d’un arrêt des mesures de soutien à l’économie après la parution de statistiques meilleures que prévu.

A WALL STREET

La Bourse de New York a clôturé en ordre dispersé une séance irrégulière lundi, les investisseurs semblant hésiter à prendre des positions trop franches avant le déluge de résultats de sociétés attendu cette semaine. [.NFR]

Près d’un tiers des entreprises du S&P-500 doivent présenter leurs résultats trimestriels cette semaine, parmi lesquelles des poids lourds de la cote comme Boeing, Amazon, Facebook ou encore Exxon Mobil.

Ce mardi, c’est au tour de Coca-Cola, Procter & Gamble et Verizon d’annoncer leurs résultats, avant l’ouverture de Wall Street.

TAUX

Le rendement des Treasuries à dix ans est stable à 2,588% et son équivalent allemand grimpe à 0,05%, profitant de la hausse des cours du brut qui alimente les anticipations d’inflation.

Par ailleurs, Benoît Coeuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne, s’est montré dubitatif mardi sur l’idée d’un taux de dépôt modulé qui exempterait les banques de toute charge sur leurs réserves excédentaires déposées à la BCE.

Le secteur des banques recule de 0,93%.

CHANGES

Sur le marché des changes, où les variations sont limitées, le dollar est quasiment à l’équilibre face à un panier de devises internationales et l’euro est stable à 1,125 dollar.

Édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below