April 12, 2019 / 4:14 PM / 9 days ago

Les actions en forme, rassurées par JPMorgan et la Chine

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé dans le vert vendredi, rassurées au moins temporairement sur les perspectives économiques par les derniers chiffres du commerce extérieur chinois et sur la santé des entreprises américaines par les résultats trimestriels de JPMorgan Chase.

Les Bourses européennes ont terminé dans le vert vendredi. À Paris, l'indice CAC 40 a terminé en hausse de 0,31%. A Londres, le FTSE 100 a gagné 0,26% et à Francfort, le Dax a progressé de 0,54%. /Photo prise le 10 avril 2019/REUTERS

À Paris, l’indice CAC 40 a terminé en hausse de 0,31% (16,98 points) à 5.502,70 points après un pic à 5.510,99. Il s’agit de sa première clôture au-dessus des 5.500 points depuis le 1er octobre.

A Londres, le FTSE 100 a gagné 0,26% et à Francfort, le Dax a progressé de 0,54%.

L’indice EuroStoxx 50 a pris 0,36%, le FTSEurofirst 300 0,1% et le Stoxx 600 0,16%.

Les chiffres mensuels du commerce extérieur chinois publiés en début de journée ont agréablement surpris les économistes avec un rebond plus marqué qu’attendu des exportations, en hausse de 14,2% sur un an en mars.

Sur l’ensemble de la semaine, le CAC enregistre une hausse de 0,48%, sa troisième performance hebdomadaire positive d’affilée, mais le Stoxx 600 recule de 0,18% après deux semaines de progression.

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street était en nette hausse: le Dow Jones progressait de 0,75%, le Standard & Poor’s 500 de 0,41% et le Nasdaq Composite de 0,24%.

Le S&P-500 a franchi dès l’ouverture la barre des 2.900 points pour la première fois depuis le 5 octobre, grâce entre autres aux progressions de JPMorgan Chase (+4,62%) après ses résultats trimestriels supérieurs aux attentes, et de Walt Disney (+10,03%) au lendemain de la présentation de son offre de vidéo en ligne payante, appelée à concurrencer Netflix (-3,71%).

Autre soutien à la tendance: l’annonce d’une offre d’achat de 33 milliards de dollars du groupe pétrolier Chevron sur son concurrent Anadarko. Ce dernier bondit de 33,84%.

“Le marché stagnait depuis un moment et quand arrivent de bons résultats comme ceux de JPMorgan, ça profite au sentiment général et ce sera probablement le facteur dominant pendant les trois semaines à venir”, commente Robert Pavlik, directeur de la stratégie d’investissement de SlateStone Wealth.

VALEURS

En Europe, les chiffres des exportations chinoises ont profité en premier lieu aux secteurs tournés vers le commerce international, à commencer par l’automobile et les matières premières, deux secteurs à la traîne ces dernières semaines dont les indices Stoxx ont gagné respectivement 1,97% et 1,2%.

Les bancaires ont bénéficié à la fois des résultats de JPMorgan et de la remontée des rendements obligataires: le secteur a pris 1,92% et à Paris, BNP Paribas (+3,37%), Société générale (+3,97%) et Crédit agricole (+3,11%) figurent parmi les meilleures performances du CAC.

Derrière, Valeo a pris 3,24% et ArcelorMittal 2,33%.

A la baisse, le compartiment défensif de la pharmacie et de la santé a perdu 1,08% avec des replis de 2,18% pour Roche, 1,56% pour Novartis et 2,26% pour Sanofi.

LES INDICATEURS DU JOUR

Dans la zone euro, la production industrielle a reculé moins que prévu en février, de 0,2% seulement alors que les économistes interrogés par Reuters tablaient sur un repli de 0,6%, et de 0,3% sur un an contre -1% attendu.

Aux Etats-Unis, la confiance du consommateur s’est dégradée plus nettement qu’anticipé depuis le début du mois d’avril selon les premiers résultats de l’enquête de l’Université du Michigan, dont l’indice est revenu à 96,9.

CHANGES

Le dollar, pénalisé par le regain d’appétit pour le risque qui le prive de son attrait de valeur refuge, est en net repli, de 0,3% face à un panier de devises de référence et de 0,52% face à l’euro.

La monnaie unique profite entre autres, selon des cambistes, des informations selon lesquelles la banque japonaise Mitsubishi UFJ se prépare à boucler le rachat des activités de financement aéronautique de l’allemand DZ Bank, ce qui dope la demande d’euros.

Ce facteur inhabituel lui a permis d’atteindre 1,1325 dollar, son plus haut niveau depuis le 26 mars.

Face au yen, elle gagnait en fin de séance 0,8% à 126,64.

La livre sterling est repartie de l’avant, les risques autour du Brexit étant provisoirement écartés. Elle s’apprécie de 0,3% face au dollar et de 0,15% face à l’euro.

TAUX

Les statistiques du commerce extérieur chinois, en favorisant un retour sur les actifs risqués, ont alimenté une vive remontée des rendements obligataires des deux côtés de l’Atlantique: aux Etats-Unis, celui des Treasuries à dix ans prend près de cinq points de base à 2,5471%, au plus haut depuis trois semaines.

Celui du Bund a fini la séance en hausse de plus de cinq points - sa plus forte progression sur une séance depuis dix mois - à 0,055%, au plus haut depuis le 21 mars.

Il a rebondi de près de 15 points par rapport à son plus bas du 27 mars à -0,094%.

PÉTROLE

Les chiffres de la balance commerciale en Chine, la baisse du dollar et le contexte général de tensions sur l’offre mondiale de brut favorisent une hausse de plus de 1% des cours du Brent comme du brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI).

Ce dernier se rapproche ainsi de la barre des 65 dollars et le Brent a franchi 71,50 dollars.

Avec Shreyashi Sanyal et Sruthi Shankar à Bangalore, édité par Juliette Rouillon

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below