April 12, 2019 / 5:18 AM / in 4 months

La BCE veut récompenser les banques plutôt que moduler son taux

WASHINGTON/FRANCFORT (Reuters) - Les responsables de la Banque centrale européenne (BCE) semblent de plus en plus disposés à récompenser les banques qui prêtent aux entreprises et aux ménages mais une majorité d’entre eux sont sceptiques sur l’éventualité de moduler le taux de dépôt, actuellement négatif, ont déclaré jeudi quatre sources à Reuters.

Les responsables de la Banque centrale européenne (BCE) semblent de plus en plus disposés à récompenser les banques qui prêtent aux entreprises et aux ménages mais une majorité d'entre eux sont sceptiques sur l'éventualité de moduler le taux de dépôt, actuellement négatif. /Photo prise le 7 mars 2019/REUTERS/Kai Pfaffenbach

La BCE pourrait ainsi proposer un taux zéro, voire négatif, aux banques qui réinjecteront dans l’économie les liquidités qu’elles emprunteront dans le cadre des nouvelles opérations de refinancement à long terme ciblées (TLTRO III), dont le lancement devrait avoir lieu en septembre, ont dit ces sources.

Son président, Mario Draghi, a dit mercredi, lors de la conférence de presse qui a suivi la dernière réunion de politique monétaire, que les modalités de ces futures TLTRO n’avaient pas été évoquées lors de la réunion et qu’elles seraient décidées une fois rassemblées davantage d’informations sur la situation économique et le crédit bancaire, évoquant la réunion de juin comme possible échéance.

Avec une croissance qui ralentit plus vite qu’attendu, même les plus rigoristes au sein de la BCE ont renoncé à mettre à prix ces prêts au taux du marché. Certains se demandent même s’il ne faut pas proposer les TLTRO au taux de -0,40%, le taux de dépôt officiel de la BCE, ont précisé les sources.

Mario Draghi a également dit que la banque centrale évaluait la nécessité d’atténuer l’impact de ce taux de dépôt négatif sur les profits des banques, une référence implicite à la possibilité de moduler ce taux pour que certaines réserves excédentaires soient exemptées de toute contribution.

Mais cette possibilité, étudiée par les services de la BCE et qui existe dans d’autres pays tels que le Japon et la Suisse, n’est pas très populaire au sein du Conseil des gouverneurs, selon les sources.

Nombre des responsables de la BCE pensent qu’instaurer un tel système comporterait plus d’inconvénients pour les banques que d’avantages.

D’autres craignent que les investisseurs n’interprètent une telle initiative comme une hausse des taux de fait mais dissimulée, qui serait particulièrement ressentie dans des pays du sud de la zone euro où la liquidité reste rare.

Certains analystes disent qu’un taux modulé permettrait à la BCE d’abaisser encore son taux de dépôt, une perspective qui n’est même pas évoquée au sein de la BCE, selon une source.

Même les banquiers centraux ouverts à l’idée d’une modulation admettent qu’elle serait difficile à faire accepter et qu’elle compliquerait un peu plus la tâche de la BCE, ont encore dit les sources.

La BCE s’est abstenue de tout commentaire.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below