April 4, 2019 / 8:14 PM / in 8 months

A Wall Street, Le S&P se rapproche d'un pic de 6 mois

PARIS (Reuters) - Les indices de la Bourse de New York ont fini pour la plupart en hausse jeudi - le Nasdaq seul enregistrant un très faible repli, tandis que le S&P-500 s’est rapproché d’un pic de six mois - dans l’attente d’en savoir plus sur l’évolution des négociations sur le contentieux commercial sino-américain.

La Bourse de New York a fini plutôt en hausse mercredi dans un climat d'attentisme toutefois, les traders restant à l'affût des dernièrs informations sur dossier commercial sino-américain. L'indice Dow Jones a gagné 0,64%. /Photo d'archives/REUTERS/Lucas Jackson

Le président américain Donald Trump, accueillant jeudi le vice-Premier ministre chinois Liu He, qui mène pour la Chine les négociations commerciales avec les Etats-Unis, a assuré que les deux premières puissances économiques de la planète étaient “très proches” d’un accord mais que ce n’était pas encore fait.

Des progrès sont obtenus à un rythme rapide, a-t-il ajouté, mais des obstacles demeurent, notamment sur les droits de douanes et sur la propriété intellectuelle. Liu He a lui aussi fait état de progrès.

“Regardez les chiffres des inscriptions au chômage et en plus il y a des progrès en puissance vers un accord commercial”, a dit Shannon Saccocia (Boston Private). “C’est pour cela qu’il y a eu encore une progression” des cours.

L’indice Dow Jones a gagné 166,50 points, soit 0,64%, à 26.384,63 points. Le S&P-500, plus large, a pris 5,99 points (0,21%) à 2.879,39 points. Le Nasdaq Composite a cédé 3,77 points (0,05%) à 7.891,78 points, mettant un terme à cinq séances de hausse d’affilée.

Le S&P a inscrit son plus haut niveau de clôture depuis le 9 octobre. L’espoir d’un accord commercial entre Washington et Pékin soutient cet indice depuis le début de l’année et il a aligné les clôtures en hausse cette semaine, au point qu’il est à moins de 2% de son record, à 1,8% exactement avec sa performance de jeudi.

Mais l’évolution de la conjoncture mondiale vient quelque peu doucher l’enthousiasme, surtout lorsque l’on a appris que les commandes à l’industrie allemande ont subi en février leur recul le plus marqué depuis plus de deux ans.

Cette statistique décevante faite suite à deux autres, propres aux Etats-Unis, qui l’ont été aussi décevantes, mercredi: le secteur privé a créé moins d’emplois que prévu en mars et la croissance du secteur des services n’a pas répondu aux attentes.

En revanche, les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis ont été bien plus encourageantes et les investisseurs auront une vision plus claire de la situation de l’emploi vendredi avec la publication de la statistique de mars. On attend 180.000 emplois créés ce mois-là après les maigres 20.000 de février.

Le volume a représenté 6,33 milliards de titres échangés contre une moyenne de 7,37 milliards sur les 20 séances précédentes.

VALEURS

Le Nasdaq a subi la pression de Tesla, dont l’action a cédé 8,23% en raison d’une chute de 31% des livraisons au premier trimestre, imputable à des délais de transit rallongés en Chine et en Europe.

Tesla a aussi pesé sur l’indice des valeurs high tech qui a laissé 0,44%, plus forte perte sectorielle de la journée mais sept des 11 grands indices sectoriels ont terminé eux dans le vert.

La hausse de Facebook (+1,43%), à la suite du relèvement de la recommandation de Guggenheim de “neutre” à “acheter”, a porté l’indice des communications qui a gagné 0,66%.

Boeing a avancé de 2,9%, contribuant le plus aux gains du Dow Jones et de l’indice S&P des industrielles (+0,60%).

Les pilotes du Boeing 737 qui s’est écrasé le mois dernier en Ethiopie ont bataillé pour tenter de stabiliser manuellement l’appareil, qui a plongé vers le sol lorsqu’ils ont rebranché le logiciel ordonnant à l’avion de piquer en raison de capteurs défectueux, montre un rapport préliminaire d’enquête publié jeudi.

Pour Morgan Stanley, ce rapport annihile sans doute l’hypothèse du pire, celle d’une toute autre cause à l’accident, celle évoquée faisant déjà l’objet d’une procédure de réparation par l’avionneur.

LES INDICATEURS DU JOUR

Les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis sont tombées au plus bas depuis plus de 49 ans la semaine dernière, soulignant la vigueur du marché du travail en dépit du ralentissement de la croissance économique.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les Bourses européennes ont marqué une pause jeudi après avoir atteint des pics de plusieurs mois la veille, l’espoir d’un accord commercial prochain entre les Etats-Unis et la Chine ayant été tempéré par des nouvelles inquiétantes sur la croissance en Allemagne.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,09% à 5.463,8 points alors qu’il avait touché un plus haut de six mois mercredi. Le Footsie britannique a cédé 0,22% tandis que le Dax allemand prenait 0,28%, soutenu encore par la hausse du segment automobile (+0,71%).

L’indice EuroStoxx 50 a pris 0,19% mais le FTSEurofirst 300 a abandonné 0,21% et le Stoxx 600 s’est replié de 0,27%.

TAUX

Dans l’attente des dernières nouvelles sur le front des négociations commerciales, les rendements des Treasuries ont modérément fléchi.

Celui du 10 ans laissait 0,4 point de base à 2,513%, après avoir inscrit la veille un plus haut d’une semaine et demie de 2,528%.

Les rendements obligataires mondiaux ont monté cette semaine en réaction à des chiffres économiques encourageants, surtout de Chine, alors qu’ils étaient plus mitigés pour les Etats-Unis et l’Europe.

D’où l’importance de la statistique de l’emploi qui paraîtra demain et notamment de sa composante salaires, pour lesquels une croissance de 0,3% est anticipée en mars, un peu moins que le taux de 0,4% de février.

Le Trésor américain a annoncé qu’il placerait la semaine prochaine pour 78 milliards de dollars de papier à trois, 10 et 30 ans.

CHANGES

L’euro se stabilisait face au dollar après avoir fléchi dans le courant de la journée en raison de la faible statistique industrielle allemande et d’une information de Reuters touchant l’Italie.

Des sources gouvernementales et politiques ont dit à Reuters que le gouvernement allait sans doute réduire ce mois-ci sa prévision de croissance de 2019 à 0,3% ou 0,4%, contre un objectif initial de 1%, et relever l’objectif de déficit budgétaire à 2,3% du PIB environ, au lieu de 2,0% visés précédemment.

L’euro se traite stable à 1,1220 dollar. Il avait touché le 7 mars dernier un seuil de 1,1174 dollar qui, s’il était enfoncé, l’amènerait à ses niveaux les plus bas depuis juin 2017.

PETROLE

Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé mercredi sur le Nymex avec un Brent de Mer du Nord qui a repris son ascension vers les 70 dollars le baril, a atteints brièvement avant de refluer.

A SUIVRE VENDREDI 5 AVRIL :

Production industrielle allemande de février à 8h00 et statistique de l’emploi américaine de mars à 14h30 rythmeront la séance. A suivre aussi les réunions de l’Eurogroupe et de l’Ecofin à Bucarest.

Standard & Poor’s procèdera enfin à la revue de la note de la France après la clôture des places européennes.

Sruthi Shankar, Shreyashi Sanyal et April Joyner, Richard Leong, Jessica Resnick-Ault, Karen Brettell; Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below