April 1, 2019 / 5:28 AM / 4 months ago

Le marché auto français en repli depuis le début de l'année

PARIS (Reuters) - Les immatriculations de voitures neuves en France ont baissé de 2,3% en mars selon les données brutes publiées lundi par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA), faisant passer le marché automobile français en territoire négatif depuis le début de l’année.

Les immatriculations de voitures neuves en France ont baissé de 2,29 en mars selon les données brutes publiées lundi par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard

Il s’est immatriculé le mois dernier 225.818 nouveaux véhicules particuliers, donnant sur trois mois une baisse de 0,6% alors que le marché affichait encore une légère hausse de 0,5% sur deux mois.

Le marché automobile français avait déjà commencé 2019 sur un mauvais pied avec un repli de 1,12% en janvier, son cinquième mois consécutif de baisse à cause des perturbations provoquées par le cycle d’homologation plus strict WLTP et un environnement global de ralentissement de la demande.

En février, les immatriculations avaient toutefois rebondi de 2,1%, avant de repartir à la baisse en mars.

“Cette tendance devrait se renforcer en 2019”, commente Maxime Lemerle, analyste automobile chez Euler Hermes, dans une note. Euler Hermes estime que les immatriculations françaises de voitures neuves afficheront un repli de 1% sur l’ensemble de cette année.

L’analyste y voit le contrecoup de l’évolution du contexte réglementaire européen, qui conduira à durcir à nouveau les normes d’ici 2020 et qui incite de ce fait les nouveaux acheteurs à l’attentisme.

“Ensuite, le contexte macroéconomique français est peu porteur et pourrait affecter le secteur automobile”, ajoute Maxime Lemerle, faisant référence au ralentissement de la confiance et de la demande des ménages.

Le marché automobile français interromprait ainsi quatre années consécutives de hausse. La baisse de mars est aussi imputable au fait que le mois a compté un jour ouvré de moins que mars 2018. En données corrigées, le marché aurait progressé de 2,4%.

Le CCFA a maintenu lundi sa prévision d’une stagnation des immatriculations de voitures neuves en France sur l’ensemble de 2019. L’Observatoire Cetelem de l’automobile anticipe de son côté une baisse d’environ 3%.

Les immatriculations du groupe PSA, qui regroupe les marques Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall, ont reculé de 1,5% en mars par rapport au même mois de 2018.

Celles des marques du groupe Renault (Renault, Dacia et Alpine pour le marché français) ont enregistré de leur côté une baisse de 1,7%.

L’ensemble des marques étrangères ont reculé pour leur part de 3,3%.

La part du diesel dans les immatriculations est retombée à 34%, un plus bas historique déjà touché en janvier. Cette technologie tombée en disgrâce depuis l’affaire de trucage des émissions de Volkswagen n’avait jamais pesé aussi peu dans le mix énergétique français depuis son boom des années 1990 et 2000 aux dépens de l’essence.

Le diesel étant plus vertueux en terme de CO2, son faible poids dans les nouvelles immatriculations et la vogue des SUV moins aérodynamiques expliquent que les émissions moyennes de CO2 aient encore refusé de baisser le mois dernier en France.

Elles se maintiennent obstinément à 112 grammes au kilomètre depuis maintenant six mois d’affilée, alors que l’Europe imposera l’an prochain un nouveau plafond moyen de 95 grammes.

Avec Jean Terzian et Arthur Connan, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below