March 28, 2019 / 12:48 PM / in 5 months

Petit rebond attendu à Wall Street, l'Europe réduit ses gains

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en légère hausse jeudi mais les Bourses européennes avaient réduit leurs gains à mi-séance dans des marchés dominés par les craintes d’une récession et l’inversion de la courbes des rendements alors que les chances d’un accord sur le Brexit sont de plus en plus minces.

Wall Street est attendue en légère hausse jeudi mais les Bourses européennes avaient réduit leurs gains à mi-séance. À Paris, l'indice CAC 40 gagne 0,09% vers 12h20 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,26% et à Londres, le FTSE avance de 0,54%. /Photo prise le 27 mars 2019/REUTERS

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en progression d’environ 0,1%.

À Paris, l’indice CAC 40 gagne 0,09% à 5.305,93 vers 12h20 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,26% et à Londres, le FTSE avance de 0,54%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 progresse de 0,03%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,06% et le Stoxx 600 de 0,2%.

Le ralentissement de la croissance reste au coeur des préoccupations des investisseurs depuis que la Réserve fédérale et la Banque centrale européenne ont adopté un ton plus accommodant sur leur politique monétaire après la publication d’indicateurs médiocres en Europe et aux Etats-Unis.

L’agence de notation S&P Global a ramené sa prévision de croissance pour la zone euro cette année à 1,1%, contre 1,6% auparavant, tout en expliquant que le passage à vide observé fin 2018 et début 2019 était déjà terminé.

Parallèlement, l’impasse persiste à Londres sur le Brexit malgré la promesse de Theresa May de démissionner si l’accord de retrait qu’elle a négocié avec les Européens est enfin ratifié par la Chambre des communes. Un nouveau vote, le troisième, pourrait avoir lieu ce vendredi. Mais à ce stade, rien n’est acquis.

Boris Johnson, l’ancien secrétaire au Foreign Office, figure emblématique des “Brexiters” estime que l’accord de Brexit est “mort”, rapporte l’Evening Standard.

Les investisseurs suivent par ailleurs de près l’évolution des négociations commerciales entre Chinois et Américains; les dernières nouvelles font état selon plusieurs sources de progrès dans tous les domaines abordés, avec des propositions sans précédent de Pékin sur l’épineuse question des transferts de technologie forcés.

A l’agenda macroéconomique, les investisseurs prendront connaissance à 12h30 GMT des chiffres révisés de la croissance de l’économie américaine au quatrième trimestre 2018 et de ceux des inscriptions hebdomadaires au chômage, puis à 13h00 GMT de la première estimation de l’inflation allemande.

VALEURS EN EUROPE

Deutsche Bank discute d’une levée de fonds pouvant atteindre jusqu’à 10 milliards d’euros en vue d’un rapprochement avec Commerzbank, a rapporté le Financial Times, citant des sources au fait du dossier. Deutsche Bank, qui reculait de 1,3% avant la publication de cette information, recule de 3,5%, et Commerzbank est en repli de 2,27%.

Bayer perd 1,1% après une nouvelle condamnation par un tribunal américain à payer 80,9 millions de dollars de dommages et intérêts à un plaignant qui affirmait que le Roundup, l’herbicide à base de glyphosate de Monsanto, filiale du groupe, était la cause de son cancer.

Toujours à Francfort, Infineon recule de 2,6% après avoir déjà perdu 5,2% mercredi en réaction son avertissement sur son chiffre d’affaires annuel.

La plus forte baisse du CAC 40 revient à EssilorLuxottica (-2,56%) après la demande d’arbitrage international de Delfin, la holding du premier actionnaire et président exécutif du groupe Leonardo del Vecchio, pour faire constater ce qu’elle qualifie de “violations de l’accord de rapprochement de 2017” entre le français Essilor et l’italien Luxottica.

TAUX

Sur le marché obligataire, les signes d’inversion de la courbe des taux américains, qui font craindre une entrée en récession de la première économie mondiale, restent au coeur des inquiétudes des investisseurs.

Le rendement des Treasuries à 10 ans est autour de 2,3787% après avoir touché un nouveau plus bas de 15 mois à 2,34% en début de séance. Dans le même temps, le rendement des T-Bills à trois mois est en léger repli à 2,435% contre 2,442% mercredi.

Celui du Bund allemand à 10 ans est stable à -0,082%.

CHANGES L’indice dollar profite de l’accalmie sur le marché obligataire et prend 0,3% face à un panier de devises internationales dont l’euro, qui se traite à 1,1230 dollar.

De son côté la livre sterling recule de respectivement 0,5% et 0,4% face au dollar et à l’euro, la proposition de Theresa May de quitter sa fonction de Premier ministre en cas de ratification de l’accord du Brexit n’ayant pas convaincu le Parti unioniste démocratique (DUP) d’Irlande du Nord de soutenir l’accord négocié avec les Européens.

PÉTROLE

Les deux contrats de référence du brut cèdent du terrain, toujours pénalisés par la hausse surprise des stocks de pétrole la semaine dernière aux Etats-Unis annoncée par l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA).

Le baril de Brent revient vers 67 dollars et celui du brut léger américain sous 59 dollars.

Édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below