March 27, 2019 / 10:51 AM / in 25 days

L'Italie va abaisser sa prévision de croissance 2019, selon la presse

MILAN (Reuters) - Le gouvernement italien table désormais sur une croissance économique de 0,1% seulement cette année, dix fois plus faible que la prévision annoncée en décembre, rapporte mercredi le quotidien Il Sole 24 Ore.

Le gouvernement italien table désormais sur une croissance économique de 0,1% seulement cette année, dix fois plus faible que la prévision annoncée en décembre. /Photo d'archives/REUTERS/Stefano Rellandini

Il précise que Rome s’apprête aussi à porter sa prévision de déficit budgétaire 2019 à environ 2,4% du produit intérieur brut (PIB), contre 2,04% prévu dans la loi de finances, tout en préparant de nouvelles mesures de soutien à l’économie qui permettraient de porter la croissance à 0,2% et de contenir le déficit à 2,3%.

Parmi les mesures envisagées, qui pourraient être adoptées vendredi en conseil des ministres, figurent des déductions fiscales liées aux investissements, des allégements fiscaux sur l’immobilier industriel et une simplification des procédures d’offres publiques, selon un projet que Reuters a pu consulter.

Plusieurs sources ont par ailleurs confirmé à Reuters que le gouvernement avait l’intention de ramener sa prévision de croissance 2019 à un rythme à peine supérieur à zéro.

Les nouvelles prévisions devraient figurer dans le “Document économique et financier” (DEF) attendu le 10 avril, qui doit servir de référence pour la préparation du budget 2020.

L’Italie est entrée en récession technique fin 2018, le PIB ayant reculé sur les deux trimestres de l’année.

Le gouverneur de la Banque d’Italie, Ignazio Visco, a déclaré mercredi que la baisse de l’activité économique observée fin 2018 s’était poursuivie depuis le début de cette année.

Il a plaidé en faveur de mesures de soutien à la croissance mais aussi de réduction de la dette publique et de lutte contre la pauvreté, qui s’aggrave depuis l’entrée du pays en récession à la fin de l’an dernier, tout en notant que l’appartenance à l’Union européenne et la stabilité financière étaient vitales pour la croissance.

La Confindustria, principale fédération patronale du pays, a pour sa part annoncé s’attendre désormais à une stagnation du PIB cette année, alors qu’elle tablait auparavant sur une croissance de 0,9%. Elle a aussi relevé son estimation du déficit public, de 2,0% à 2,6% du PIB.

La perspective d’une croissance bien plus faible qu’attendu, voire d’une stagnation, et d’un creusement du déficit favorise la remontée des rendements des emprunts d’Etat italiens, à contre-courant de la tendance dominante de baisse des rendements obligataires: vers 10h25 GMT, celui des BTP à dix ans prenait plus de sept points de base à 2,542%.

L’écart entre les rendements à dix ans italien et allemand se creusait ainsi de plus de neuf points de base à près de 259 points, au plus haut depuis trois semaines.

Alessia Pe et Francesca Piscioneri, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below