March 26, 2019 / 6:30 PM / 5 months ago

L'Europe amorce un rebond, l'appétit pour le risque l'emporte

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse mardi, les investisseurs revenant sur les actions en reléguant au second plan les craintes de récession, même si l’inversion de la courbe des taux aux Etats-Unis persiste.

Les Bourses européennes ont terminé en hausse mardi. À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,89% . Le Footsie britannique a pris 0,26% et le Dax allemand a gagné 0,64%. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,89% à 5.307,38 points. Le Footsie britannique a pris 0,26% et le Dax allemand a gagné 0,64%.

L’indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,58%, le FTSEurofirst 300 de 0,77% et le Stoxx 600 de 0,77% également.

Les investisseurs ont ainsi mis fin à une série de quatre séances de baisse malgré un environnement économique toujours défavorable, un mouvement déclenché vendredi par des indicateurs décevants en zone euro et aux Etats-Unis qui ont provoqué une inversion de la courbe des taux américains.

Les dernières nouvelles liées au Brexit incitent également à la prudence. Après le vote des députés donnant provisoirement au Parlement le pouvoir de fixer son ordre du jour, le marché suivra de près mercredi une série de “votes indicatifs” sur la sortie - ou non - du Royaume-Uni de l’UE.

D’après un journaliste du Sun, Theresa May devrait annoncer lors d’une réunion avec des élus du Parti conservateur une date à laquelle elle s’engagera à quitter ses fonctions à la tête du gouvernement britannique.

VALEURS

Les valeurs pétrolières ont profité de la remontée des cours du brut: l’indice Stoxx du secteur a pris 0,8% et à Paris, TechnipFMC a signé l’une des plus forte hausses du CAC (+1,87%) et Vallourec (+3,31%) du SBF 120.

Wirecard s’est hissé en tête du Stoxx (+26,26%), l’enquête mené par un cabinet juridique sur des soupçons de malversations financières ayant conclu à l’absence de responsabilité du groupe dans d’éventuelles fraudes. Dans son sillage, son concurrent Atos a gagné 2,35%.

Airbus a pris 2,02%, porté par l’accord passé entre la Chine et la France pour la livraison de 290 A320 et de 10 A350, une commande d’une valeur globale de près de 30 milliards d’euros.

La hausse des valeurs du luxe, notamment celle de LVMH (+1,61%) après un relèvement d’objectif de cours de HSBC, a aussi contribué à soutenir la tendance à Paris.

Trigano a enregistré la plus forte baisse du SBF 120 (-9,52%) après la publication par le constructeur de camping-cars de ses résultats semestriels, qui font ressortir un deuxième trimestre “atone” selon les analystes de Midcap Partners qui jugent également ses prévisions trimestrielles prudentes.

A WALL STREET

A l’heure de la clôture en Europe, les indices de Wall Street profitaient du rebond du secteur technologique (+0,64%) et de l’énergie (+1,22%), ignorant de nouvelles statistiques défavorables; le Dow Jones prenait 0,45%, le Standard & Poor’s 500 0,55% et le Nasdaq Composite 0,57%.

Les titres Viacom et CBS grimpaient respectivement de 9% et de 4,72% après la publication d’informations de presse selon lesquelles les deux groupes américains de télévision et de médias pourraient reprendre leurs discussions en vue d’une fusion.

LES INDICATEURS DU JOUR

L’annonce d’une baisse inattendue de la confiance du consommateur américain et d’un recul plus marqué qu’anticipé des mises en chantier aux Etats-Unis n’ont pas eu d’effet durable sur la tendance boursière américaine.

En Europe, le moral des consommateurs allemands s’est détérioré de façon inattendue à l’approche d’avril mais cet indicateur a été contrebalancé par la légère amélioration du climat des affaires en France et l’annonce de la révision à la hausse de la croissance française en 2018, à 1,6% contre 1,5%.

TAUX

Sur le marché obligataire américain, le rendement à dix ans remonte à plus de 2,43% après un creux de plus d’un an lundi à 2,377%, même s’il reste en dessous du rendement à trois mois (2,461%), une inversion partielle de la courbe des rendements considérée par beaucoup d’investisseurs comme un signe annonciateur de récession.

Le 10 ans allemand a fini en légère hausse mais reste négatif, à -0,017%.

CHANGES

Le dollar gagne environ 0,15% face à un panier de devises internationales grâce à la légère remontée des taux longs américains. L’euro perd dans le même temps près de 0,2%, sous 1,129 dollar.

Le retour de l’appétit pour le risque a pénalisé le yen, en baisse de 0,5% face au dollar.

De son côté, le sterling est en hausse face au dollar et à l’euro.

PÉTROLE

Les cours du brut évoluent en hausse, soutenus par les réductions de production liées aux quotas mis en oeuvre par l’Opep et aux sanctions américaines à l’encontre du Venezuela.

Le baril de Brent de Mer du Nord monte à 67,88 dollars et celui de brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) s’approche des 60 dollars.

Le marché attend les chiffres hebdomadaires de l’American Petroleum Institute sur les stocks de brut aux Etats-Unis à 21h30 GMT.

Édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below