March 25, 2019 / 8:13 PM / in 6 months

Wall Street termine sans grand changement, Apple baisse

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini sur une note quasiment stable lundi, dans un marché qui reste morose dans un climat d’inquiétudes sur la croissance mondiale et avec la baisse de l’action Apple après la présentation de son service de vidéos à la demande.

Wall Street a fini sur une note quasiment stable lundi. L'indice Dow Jones a gagné 0,06%. /Photo d'archives/REUTERS/Andrew Kelly

L’indice Dow Jones a gagné 14,51 points, soit 0,06%, à 25.516,83. Le S&P-500, plus large, a perdu 2,35 points, soit 0,08%, à 2.798,36. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 1,57 point (-0,02%) à 7.641,09 points.

La parution vendredi d’un indice d’activité PMI Markit inférieur aux attentes aux Etats-Unis a inversé l’écart de rendement entre les emprunts d’Etat américains à trois mois et ceux à dix ans pour la première fois depuis 2007, une évolution des rendements qui est généralement perçue comme un signe précurseur de récession.

La Réserve fédérale a elle aussi renforcé les anticipations de ralentissement de l’économie la semaine dernière en abaissant ses prévisions de croissance et en laissant entendre qu’elle ne relèvera pas les taux cette année.

“L’économie mondiale n’a tout simplement pas l’air fabuleuse”, dit Paul Nolte, gérant chez Kingsview Asset Management. “Il ne fait pas de doute qu’il y a un ralentissement qui touche le monde entier. Cela étant dit, il est vrai qu’au cours des dix dernières années en tout cas, le premier trimestre a toujours été faible, ce qui laisse un espoir.”

Aux Etats-Unis, les conclusions du procureur spécial Robert Mueller, qui n’a pas trouvé de preuve permettant de dire que Donald Trump s’est rendu coupable de collusion avec la Russie lors de la campagne présidentielle de 2016, a eu peu d’impact sur le marché. Ce rapport confère au président une arme puissante à utiliser contre ses adversaires démocrates et un nouveau souffle en vue d’une réélection en 2020.

Les investisseurs sont suspendus par ailleurs à l’avancée des négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

Une délégation américaine menée par le représentant au Commerce Robert Lighthizer et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin doit se rendre jeudi et vendredi à Pékin, puis le vice-Premier ministre chinois Liu He se rendra à son tour aux Etats-Unis début avril pour négocier.

VALEURS

Apple (-1,21%) a accusé le plus net repli du Dow. Confronté à la baisse des ventes d’iPhone, le groupe a levé le voile, en présence de nombreuses célébrités de Hollywood, sur son service de vidéos à la demande, in des piliers de sa nouvelle stratégie orientée vers les services qui devrait le placer en concurrence frontale avec Netflix et Amazon.

Boeing en revanche a rebondi de 2,32%, la plus forte hausse du Dow, après avoir invité plus de 200 pilotes, dirigeants et régulateurs à une réunion d’information mercredi sur son plan de remise en service du 737 MAX.

Sur le plan sectoriel, si la distribution (+0,75%) et la consommation non contrainte (+0,56%) ont été bien orientées, les technologiques, considérées comme les plus exposées au ralentissement de la croissance mondiale, ont continué de souffrir: le S&P des “techs” a cédé 0,40% et l’indice Philadelphia Semiconductor a perdu 1,26%.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les Bourses européennes ont fini en baisse, un indice Ifo du climat des affaires en Allemagne supérieur aux attentes n’ayant pas suffi à rassurer les investisseurs après l’inversion d’une partie de la courbe des rendements obligataires américains.

À Paris, l’indice CAC 40 a fini sur une perte de 0,18% (9,28 points) à 5.260,64 points, son quatrième repli consécutif, portant à 3,05% son recul depuis mardi dernier.

A Londres, l’indice FTSE 100 a perdu 0,42% et à Francfort, le Dax a reculé de 0,15%.

TAUX

Les investisseurs ont continué de surveiller la courbe des rendements obligataires, qui est toujours inversée, le rendement des Treasuries à dix ans s’affichant à 2,405%, au plus bas depuis mi-décembre 2017, contre 2,447% pour le trois mois.

En zone euro, le rendement du Bund allemand à dix ans, référence pour la région, s’est enfoncé en territoire négatif, à -0,029%, au plus bas depuis octobre 2016.

CHANGES

Le soulagement provoqué par le bon chiffre de l’indice Ifo allemand a brièvement profité à l’euro, qui est remonté au-dessus de 1,1330 dollar (contre moins de 1,13 au plus bas vendredi) avant d’effacer ses gains en fin de séance en Europe.

Le dollar est légèrement retombé, de 0,14%, face à un panier de devises de référence, après deux séances de hausse.

La livre sterling a repris un peu de terrain après ses pertes antérieures. Les députés de la Chambre des communes se prononceront ce lundi soir, à 22h00 GMT, sur trois amendements dont un propose que les parlementaires reprennent la main dans l’agenda législatif pour trouver une solution à l’impasse politique provoquée par le Brexit.

PÉTROLE

Les cours du pétrole sont stables ou en légère hausse, pris entre d’un côté l’impact négatif du ralentissement de la croissance mondiale et de l’autre la réduction de la production de l’Opep et ses alliés, ainsi que des stocks américains.

Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) est quasiment stable (+0,05% à 59,07 dollars le baril) et le Brent en légère hausse (+0,33% à 67,25 dollars).

Avec Shreyashi Sanyal et Amy Caren Daniel à Bangalore, Juliette Rouillon pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below