March 19, 2019 / 8:11 PM / 4 months ago

Wall Street immobilisée entre Fed et commerce

PARIS (Reuters) - Wall Street a terminé la séance de mardi sur de très faibles écarts, les investisseurs, qui nourrissent l’espoir de voir la Réserve fédérale rester “patiente”, espoir qui a soutenu la cote une bonne partie de la journée, ayant été contrariés par de mauvaises nouvelles sur le front commercial sino-américain.

La Bourse de New York a fini sans grand changement mardi. L'indice Dow Jones a perdu 25,90 points, soit 0,10%, à 25.888,20 points. /Photo prise le 22 février 2019/REUTERS/Brendan McDermid

L’indice Dow Jones a perdu 26,72 points, soit 0,10%, à 25.887,38 points. Le S&P-500, plus large, a cédé 0,37 point (0,01%) à 2.832,57 points. Le Nasdaq Composite a pris 9,47 points (0,12%) à 7.723,95.

Le Dow a ainsi mis fin à une série de quatre hausses d’affilée, tandis qu’au contraire le Nasdaq est parvenu à revenir en territoire positif juste avant la clôture.

Les indices ont touché leurs plus bas de séance à la suite d’une information de Bloomberg voulant que certains responsables américains redoutent que les Chinois ne renâclent à satisfaire les demandes de Washington.

Peu de temps après, paraissait un article du Wall Street Journal (WSJ) un peu plus encourageant, suivant lequel les équipes de négociation des deux parties se retrouveront la semaine prochaine dans l’optique de conclure les négociations d’ici la fin avril.

“La Chine semble froncer les sourcils sur certains aspects des négociations commerciales”, a constaté Bucky Hellwig (BB&T Wealth Management). “Il me semble qu’il y aura peut-être une certaine nervosité avant les annonces de la Fed”.

La banque centrale américaine tient réunion ce mardi et demain mercredi, au terme de laquelle elle annoncera sa décision de politique monétaire, fort probablement un statu quo sur les taux d’intérêt.

Mais c’est ailleurs que la Fed est attendue, sur les “dots”, soit les prévisions de ses responsables sur l’évolution des taux d’intérêt, et sur son bilan, plus précisément sur le processus de réduction de ce dernier.

Le marché espère avoir des réponses mercredi mais Paul Nolte (Kingsview Asset Management) se pose des questions sur la pertinence des “dots”.

“Depuis qu’ils existent, ils sont modifiés pratiquement à chaque réunion”, observe-t-il. “Je ne suis pas sûr que ce soit un instrument très utile pour ce qui est de fixer l’évolution du taux des Fed funds sur le long terme”.

Le volume a été de 7,33 milliards de titres échangés contre 7,56 milliards en moyenne sur les 20 dernières séances.

VALEURS

Huit des 11 grands indices sectoriels ont fini dans le rouge, la plus forte perte (1,18%) étant accusée par les “utilities”, suivi par celui des financières (-0,76%).

Nvidia a gagné 4%, en réaction à un partenariat dans le jeu vidéo conclu avec le japonais Softbank et le coréen LG Uplus, tandis qu’Advanced Micro Devices a pris près de 12%, permettant à l’indice des semi-conducteurs de la Bourse de Philadelphie de progresser de 1,22%; l’indice sectoriel infotech a grignoté 0,20%.

L’indice SOX a gagné près de 22% depuis le début de l’année.

A l’inverse Fox Corp a chuté de 3,3% pour ses débuts boursiers, une nouvelle étape pour l’empire des médias de Rupert Murdoch après la vente des actifs cinéma et télévision de Twenty-First Century Fox à Walt Disney.

FedEx publiait ses résultats après la clôture. Le groupe de messagerie et de logistique a raté le consensus et abaissé une nouvelle fois son objectif de bénéfice annuel, envoyant son action dans le rouge avec une perte de 4,4%.

Son concurrent UPS cédait 1,1% après la clôture.

LES INDICATEURS DU JOUR

Les nouvelles commandes à l’industrie aux Etats-Unis ont à peine augmenté en janvier, freinées par un recul des achats d’ordinateurs et de produits électroniques, montrent mardi des données du département du Commerce qui confirment le ralentissement de l’activité manufacturière.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les Bourses européennes ont terminé en hausse mardi, portées par le secteur automobile et les anticipations d’une politique toujours accommodante de la Réserve fédérale.

À Paris, le CAC 40 a pris 0,24% à 5.425,9 points pour signer une septième séance consécutive de hausse. Le Footsie britannique a gagné 0,34% et le Dax allemand 1,13%. L’indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,62%, le FTSEurofirst 300 de 0,58% et le Stoxx 600 de 0,57%.

Le Stoxx retrouve ainsi ses niveaux de début octobre 2018 à l’issue d’une cinquième séance consécutive de hausse, sa meilleure série depuis la mi-septembre.

TAUX

Dans l’attente de la Fed, les rendements des Treasuries ont progressé et les intervenants de l’obligataire considèrent eux aussi comme acquis que les taux ne seront pas modifiés.

Ici aussi ce n’est pas tant ce statu quo qui intéressera le marché mais les “dot plots” et l’évolution du bilan de la banque centrale.

Le rendement du 10 ans a gagné 1,3 point de base à 2,614%, tandis que celui du 2 ans, le plus sensible aux variations des taux courts, a pris 1,7 pdb à 2,473%. A l’autre bout de la chaîne, le 30 ans a avancé de 1,3 pdb à 3,023%.

CHANGES

Le dollar a fléchi face à un panier de devises, affecté par les anticipations d’un statu quo de la Fed et par les soucis que cause la croissance de l’économie américaine.

L’indice du dollar cédait 0,11% à 96,414, non loin d’un plus bas de plus de deux semaines touché la veille.

“Une inflation atone, une croissance de l’emploi décevante et une production industrielle embourbée: autant d’éléments qui mettent la banque centrale hors jeu dans les mois à venir”, a commenté Marc Chandler (Bannockburn Global Forex).

Le sterling gagne 0,18% à 1,3278 dollar, ayant réduit ses gains sur des craintes que la Première ministre Theresa May n’ait du mal à défendre un report du Brexit auprès de Bruxelles.

PETROLE

Les cours du pétrole ont terminé sans grand changement mardi sur le Nymex, le marché semblant marquer une pause après avoir atteint des plus hauts de l’année.

L’Institut américain du pétrole (API) a annoncé par la suite que les stocks de brut américains avaient baissé contre toute attente durant la semaine au 15 mars, de 2,1 millions de barils, alors que les analystes attendaient une hausse de 309.000 barils.

Les cours n’ont guère réagi à cet indicateur.

A SUIVRE MERCREDI 20 MARS:

Fin de la réunion de deux jours du comité de politique monétaire (Fomc) de la Réserve fédérale; communiqué à 19h00 et conférence de presse à 19h30.

avec Stephen Culp, Mehda Singh et Shreyashi Sanyal, Saqib Iqbal Ahmed, Laila Kearney, Kate Duguid; Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below