March 18, 2019 / 6:22 AM / 4 months ago

L'alliance Renault-Nissan doit simplifier sa gouvernance, déclare Senard

Renault, Nissan et Mitsubishi ont besoin de simplifier le processus de décision de l'alliance, déclare le président de Renault Jean-Dominique Senard (photo). /Photo prise le 12 mars 2019/REUTERS/Kim Kyung-Hoon

PARIS (Reuters) - Renault, Nissan et Mitsubishi ont besoin de simplifier le processus de décision de l’alliance et une intégration capitalistique plus forte n’est pas pour le moment envisagée, déclare le président de Renault Jean-Dominique Senard dans une interview au Figaro.

Les trois constructeurs ont créé mardi un nouveau conseil opérationnel de l’alliance, censé placer chaque partenaire sur un pied d’égalité et permettre de tourner la page de l’ère Carlos Ghosn.

“J’ai fait le constat que l’on devait simplifier considérablement le processus de décision de l’alliance (...) Je l’ai voulu restreint et composé de ceux qui ont le pouvoir de décision dans chaque entreprise”, déclare Jean-Dominique Senard dans cette interview publiée dimanche sur le site du Figaro.

“Sans elle (l’alliance), l’avenir n’est pas envisageable pour aucune de nos sociétés.”

Interrogé sur un renforcement des liens capitalistiques entre les partenaires de l’alliance, le président de Renault explique qu’une telle réflexion “ne serait à ce stade pas pertinente”.

“Les équipes qui m’entourent ne sont pas mobilisées sur ce sujet”, souligne Jean-Dominique Senard. “La seule fusion dont je me préoccupe est celle de nos cultures.”

Matthieu Protard, édité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below