March 14, 2019 / 5:43 PM / 6 days ago

Le robot-voiturier vous attend au parking de l’aéroport de Lyon

LYON (Reuters) - Déposer sa voiture à l’entrée du parking de l’aéroport, laisser le robot-voiturier garer le véhicule et le récupérer au retour : c’est désormais possible à Lyon-Saint-Exupéry.

Déposer sa voiture à l'entrée du parking de l'aéroport, laisser le robot-voiturier garer le véhicule et le récupérer au retour : c'est désormais possible à Lyon-Saint-Exupéry. /Photo prise le 14 mars 2019/REUTERS/Emmanuel Foudrot

Ce système, mis au point par la start-up Stanley-Robotics en partenariat avec l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry, est opérationnel sur la plateforme lyonnaise avec le déploiement de quatre robots qui gèrent un parking de 500 places.

Cette innovation doit permettre de simplifier l’expérience du voyageur qui dépose sa voiture sur le parking de l’aéroport. Elle lui fait gagner du temps, lors du dépôt comme du retrait de son véhicule. Mais il permet surtout à l’aéroport d’optimiser considérablement les surfaces dédiées au stationnement, enjeu majeur du développement de l’aéroport.

L’aéroport de Lyon a ouvert 55 nouvelles lignes depuis l’arrivée de Vinci-Airports à sa tête il y a deux ans et a enregistré 25% de croissance en trois ans.

“Cette solution permet de maîtriser l’emprise au sol en densifiant le stationnement”, résume Tanguy Bertholus, président du directoire d’Aéroports de Lyon. “On augmente ainsi de 50% la capacité de stationnement de nos parkings, ce qui permet de maîtriser l’emprise environnementale.”

Le parking gagne de la place grâce au rangement optimisé par l’intelligence artificielle des voitures en lignes très serrées et à la suppression des couloirs de circulation.

“Notre mission est d’accompagner la croissance des aéroports, ce qui correspond à une dynamique mondiale”, a indiqué Clément Boussard, CEO de la start-up Stanley-Robotics créée en 2015, dans la même conférence de presse “Nous rendons le stockage automobile plus performant et nous nous voyons demain comme les leaders mondiaux de ce service.”

Concrètement, après avoir réservé préalablement en ligne sa place de stationnement robotisée, le voyageur arrive à l’entrée du parking et dépose son véhicule dans l’un des douze box prévus à cet effet. Il scanne ensuite son billet d’avion sur une borne et se rend au terminal pour prendre son vol.

Le robot-voiturier, inspiré du fonctionnement d’un chariot élévateur, mais bourré d’électronique, prend en charge la voiture dans le box et la conduit grâce à ses multiples radars à sa place de stationnement. Le robot, connecté au billet d’avion du client, prévenu du retour prochain du propriétaire de la voiture, va ensuite la récupérer sur le parking et la replacer dans le box où se présente le voyageur.

Ce service est actuellement facturé à 2 euros supplémentaires pour toute la durée du stationnement et n’est disponible que sur des parkings de longue durée.

Vinci-Airport, qui gère 46 aéroports dans le monde, teste ce nouveau process à Lyon, mais bientôt aussi à Gatwick en Grande-Bretagne. Le système du robot-voiturier à vocation à s’étendre à d’autres plateformes aéroportuaires du groupe.

L’aéroport de Lyon-saint-Exupéry est le premier du groupe Vinci-Airports en France avec 11 millions de passagers en 2018. Il propose 128 destinations directes et est connecté aux principaux hubs internationaux.

Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below