March 8, 2019 / 9:33 AM / 6 months ago

Allemagne: Plus fort recul des commandes à l'industrie en 7 mois

BERLIN (Reuters) - Les commandes à l’industrie ont enregistré en janvier leur plus fort recul en sept mois en Allemagne, montrant à leur tour que la première économie européenne a commencé l’année 2019 en berne.

Les commandes à l'industrie ont enregistré en janvier leur plus fort recul en sept mois en Allemagne, montrant à leur tour que la première économie européenne a commencé l'année 2019 en berne. /Photo prise le 1er mars 2019/REUTERS/Andreas Gebert

Ces commandes ont baissé de 2,6% en janvier, a annoncé le ministère de l’Economie vendredi. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient au contraire une hausse de 0,5%.

Le chiffre de décembre a par ailleurs été sensiblement révisé et il est devenu une hausse de 0,9% et non plus une baisse de 1,6%.

“Le recul actuel des commandes signale une poursuite du ralentissement dans le secteur industriel au début de l’année”, a dit le ministère.

Les trois composantes des commandes - biens intermédiaires, biens d’équipement, biens de consommation - sont toutes en baisse en janvier, montre le détail de la statistique. Les commandes domestiques comme à l’export sont également en retrait.

Des chiffres distincts publiés vendredi également par la fédération de la construction mécanique VDMA ont montré une baisse de 9% des contrats dans son secteur en janvier, avec une chute de 22% des commandes en provenance de la zone euro.

Ces chiffres font suite à la publication le 1er mars d’un indice définitif IHS Markit des directeurs d’achat dans le secteur manufacturier montrant une contraction de l’activité pour le deuxième mois consécutif en février.

“Pour le moment, il demeure que la tendance baissière n’est pas encore susceptible de tourner au drame”, a commenté Alexander Krüger, économiste de Bankhaus Lampe, soulignant la forte révision à la hausse des chiffres de décembre.

L’économie allemande, traditionnellement très dépendante de l’export, se recentre progressivement sur la demande intérieure et un document du ministère de l’Economie que Reuters a pu consulter montre que le gouvernement prévoit une hausse des dépenses publiques cette année, qui viendra soutenir l’activité.

Un niveau d’emploi record, des salaires en hausse et de bas taux d’intérêt poussent les ménages à consommer et leur confiance restait solide au début du mois de mars, selon l’indice GfK qui la mesure.

Les tensions commerciales et le risque d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne sans accord pèsent sur l’économie allemande qui a échappé de peu à une récession technique, définie comme une contraction de l’activité pendant deux trimestres consécutifs au moins, à la fin de l’année dernière.

L’institut de conjoncture Ifo a dit que le climat des affaires et d’autres indicateurs permettent d’espérer une croissance de 0,2% au premier trimestre. Le ministre allemand des finances Olaf Scholz s’est dit confiant sur la perspective d’une croissance modeste à l’avenir.

Avec Reinhard Becker, Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below