March 1, 2019 / 9:06 AM / 3 months ago

Dengue: Les Philippines vont inculper des responsables de Sanofi

Le ministère de la Justice des Philippines considère qu'il existe des motifs probables d'inculpation de responsables de Sanofi et des services sanitaires du pays pour des décès liés à un vaccin contre la dengue. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer

MANILLE (Reuters) - Les Philippines ont annoncé vendredi leur intention d’inculper des responsables de Sanofi et des services sanitaires du pays pour des décès liés au vaccin du laboratoire français contre la dengue.

Sanofi est “en profond désaccord” avec les accusations portées à son encontre aux Philippines et se défendra “vigoureusement”, a réagi le laboratoire français dans un communiqué.

Le ministère philippin de la Justice a déclaré vendredi qu’il recommanderait des inculpations pour homicide par “imprudence” en raison d’erreurs de procédure dans la mise en oeuvre du programme de vaccination avec le Dengvaxia lancé en 2016.

Il prône l’inculpation de six responsables de Sanofi et de 14 dirigeants actuels ou passés des services de santé philippins.

Citant des extraits d’une décision sur l’affaire, le ministère philippin a annoncé que, selon le parquet, les 20 personnes concernées avaient fait preuve d’un “manque inexcusable de précaution et de clairvoyance” et avaient approuvé et acheté le Dengvaxia avec une hâte excessive.

Fin novembre 2017, Sanofi a annoncé que son vaccin Dengvaxia pouvait augmenter le risque de dengue sévère chez des enfants jamais exposés au virus. Cette annonce avait déclenché deux enquêtes du Congrès philippin et une enquête criminelle sur la vaccination de 800.000 enfants.

Le gouvernement philippin a dépensé 3,5 milliards de pesos (59,3 millions d’euros) dans le cadre d’un programme de vaccination publique via le Dengvaxia afin de lutter contre les 200.000 cas de dengue signalés chaque année dans le pays.

Les personnes accusées ont fait preuve de négligence en ayant “totalement ignoré les risques identifiés et les effets indésirables du vaccin”, a déclaré le ministère, ajoutant que ces risques avaient entraîné des morts.

Manille a annoncé en février l’arrêt définitif de la vente du Dengvaxia.

Avec Matthias Blamont à Paris; Bertrand Boucey et Claude Chendjou pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below