March 1, 2019 / 8:40 AM / 3 months ago

Orano creuse ses pertes, les négociations en Chine continuent

PARIS (Reuters) - Orano a annoncé vendredi avoir creusé sa perte en 2018 mais le groupe, ex-Areva, a dégagé un flux de trésorerie net positif et a vu son résultat opérationnel bondir grâce à des reprises de provisions et à l’absence de pertes de valeur.

Orano a annoncé vendredi avoir creusé sa perte en 2018 mais le groupe, ex-Areva, a dégagé un flux de trésorerie net positif et a vu son résultat opérationnel bondir grâce à des reprises de provisions et à l'absence de pertes de valeur. /Photo prise le 11 septembre 2018/REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Le spécialiste du cycle du combustible nucléaire a également indiqué que les négociations en vue de lancer son projet d’usine de traitement et recyclage des combustibles usés en Chine se poursuivaient, alors qu’il espérait finaliser ce contrat géant l’an passé.

“On ne signera que dans un cadre ‘gagnant-gagnant’ pour le client et pour nous, il n’est pas question de brader une technologie qui a été développée par notre pays pendant plusieurs années. Ça peut prendre du temps, donc on ne donnera pas de perspective spécifique à 2019”, a dit son directeur général, Philippe Knoche, lors d’une conférence téléphonique.

“Orano est robuste sans ce contrat”, a souligné le dirigeant, ajoutant que les Chinois ne remettaient pas en cause l’intérêt du recyclage mais qu’ils avaient la possibilité de développer une solution alternative “basée uniquement sur leurs propres moyens et pas sur un partenariat avec la France”.

“Il y a aussi une question de prix”, a également dit Philippe Knoche.

Orano accuse au titre de 2018 une perte nette part du groupe de 544 millions d’euros (contre -252 millions en 2017), principalement en raison du rendement négatif des actifs dédiés à la couverture des obligations de fin de cycle - lié à l’évolution des marchés financiers - tandis que son chiffre d’affaires s’est replié de 5,9% à 3,6 milliards.

Le résultat opérationnel du groupe est cependant ressorti nettement positif, à 517 millions d’euros (contre -48 millions), de même que son flux de trésorerie net (158 millions contre -1,1 milliard) et son résultat net ajusté (72 millions contre -421 millions).

Dans un marché qui a vu le prix spot de l’uranium progresser de 40% entre avril et décembre 2018 avec l’ajustement des capacités de production de certains acteurs, tandis que les prix de la conversion sont remontés tout au long de l’année, le carnet de commandes d’Orano a toutefois baissé, passant de 33,6 milliards d’euros à fin 2017 à 31,8 milliards à fin 2018.

Le groupe prévoit pour 2019 une stabilisation de son chiffre d’affaires et une “consolidation” de sa marge d’excédent brut d’exploitation, prévue entre 20% et 23% (22,7% en 2018).

Pour 2019 et 2020, Orano confirme son objectif de cash-flow net des activités “durablement positif”.

L’ensemble de ces perspectives n’inclut pas à ce stade son projet d’usine en Chine.

Benjamin Mallet, édité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below