February 26, 2019 / 5:11 PM / 10 months ago

GTT: Repli de l'Ebitda en vue après un bond des résultats en 2018

PARIS (Reuters) - GTT a publié mardi des résultats et des prises de commandes en forte hausse au titre de 2018 mais le groupe a prévenu que son bénéfice avant impôts, charges financières, dépréciations et amortissements (Ebitda) devrait s’inscrire en baisse en 2019.

Le numéro un mondial des systèmes de confinement à membrane pour le transport du gaz naturel liquéfié (GNL) a précisé dans un communiqué que son Ebitda s’établirait ainsi cette année entre 150 et 160 millions d’euros, après un niveau de 168,7 millions en 2018 (+11,5%) dopé par une reprise de provision pour risque fiscal de 15 millions.

GTT vise en outre pour 2019 un chiffre d’affaires compris entre 255 et 270 millions d’euros, contre 246 millions l’an passé (+2,2%).

Le groupe, dont Engie détient 40% du capital, a également enregistré au titre de 2018 un résultat net part du groupe de 142,8 millions d’euros (+15,1%) et propose un dividende en forte hausse, à 3,12 euros par action (+17,3%). Pour 2019 et 2020, il prévoit en la matière un taux minimum de distribution de 80% du résultat net consolidé.

GTT a connu en 2018 une activité commerciale “record au vu des dix dernières années” avec 48 commandes de méthaniers, deux commandes d’unités flottantes (FSRU), une de réservoir terrestre et, sur le marché du GNL carburant, une commande de navire avitailleur et une autre pour la construction de cuves du premier brise-glace de croisière alimenté en GNL.

“Il y a une vraie reprise du gaz, et du GNL en particulier, à la faveur de la volonté de beaucoup de pays de rééquilibrer leur mix énergétique en sortant du charbon et en donnant une plus grande part au GNL”, a déclaré son Philippe Berterottière lors d’une entretien téléphonique accordé à Reuters.

“Cette redécouverte du GNL, je pense que l’ensemble du monde va s’en rendre compte. Cela va conduire à des décisions d’investissement - c’est-à-dire à de nouvelles usines de liquéfaction - et il faudra plus de bateaux pour transporter ces quantités de GNL”, a-t-il ajouté.

Le PDG a ainsi souligné que GTT avait reçu 11 commandes de méthaniers depuis le début de l’année et se situait ainsi sur un rythme plus soutenu qu’en 2018.

“Il n’y pas tant de bateaux que cela qui sont commandés en ce moment, donc le marché du transport maritime s’assainit et je pense qu’au début de la prochaine décennie il va y avoir une reprise très forte de la commande des navires avec (une montée en puissance) du GNL carburant”, a également dit Philippe Berterottière.

Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below