February 26, 2019 / 4:21 PM / 3 months ago

JPMorgan met en garde face aux risques de récession aux USA

NEW YORK (Reuters) - JPMorgan a maintenu mardi son principal objectif de rentabilité pour les trois prochaines années mais sa directrice financière a averti que cette prévision ne reflétait pas les risques importants susceptibles d’accélérer l’arrivée d’une récession économique aux Etats-Unis.

JPMorgan a maintenu mardi son principal objectif de rentabilité pour les trois prochaines années mais sa directrice financière a averti que cette prévision ne reflétait pas les risques importants susceptibles d'accélérer l'arrivée d'une récession économique aux Etats-Unis. /Photo d'archives/REUTERS/Dylan Martinez

Les tensions commerciales dans le monde et la sortie prévue du Royaume-Uni de l’Union européenne constituent aussi des sources d’incertitude pour 2019, a dit Marianne Lake à l’occasion de la 12e journée annuelle pour les investisseurs organisée par la plus grande banque américaine par les actifs.

“Plus on avance, moins on a confiance dans le fait que nous n’assisterons pas à” des changements de taux d’intérêt et à un retournement de l’économie, a déclaré la directrice financière de JPMorgan, interrogée sur les raisons pour lesquelles l’établissement n’avait pas relevé son objectif de rentabilité.

“La récente baisse du moral des entrepreneurs a fait grimper le risque de récession”, a-t-elle poursuivi.

Cependant, a-t-elle ajouté, “l’économie américaine reste tirée par la consommation et les consommateurs sont solides et dynamiques”.

L’action JPMorgan perdait 0,82% vers 15h45 GMT, l’une des plus fortes baisses de l’indice Dow Jones, lui-même en recul de 0,37% au même moment.

JPMorgan, qui réalise environ 14% du chiffre d’affaires de l’ensemble du secteur bancaire américain selon des estimations de Barclays, pense afficher au cours des trois prochaines années un rendement des fonds propres tangibles (ROTCE, return on tangible common equity) de 17%, comme l’an dernier, montrent des documents publiés à l’occasion de cette journée investisseurs.

Elle s’attend à un rendement de 16% dans sa banque d’investissement, qui lui a fourni un tiers de ses revenus l’an dernier, contre un objectif de 17% l’an dernier.

La dégradation est encore plus marquée pour la gestion d’actifs et de fortune, dont le rendement des fonds propres devrait être d’au moins 25% à moyen terme alors que l’objectif fixé il y a un an était de 35%.

Les objectifs sont inchangés pour la banque de détail (25%) et la banque pour les entreprises (18%).

Elizabeth Dilts et David Henry; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below