February 26, 2019 / 3:36 PM / 3 months ago

La première piste d’essai HyperloopTT assemblée

TOULOUSE (Reuters) - Hyperloop Transportation Technologies a finalisé l’assemblage de sa première piste d’essai dans son centre de recherche et développement de Toulouse et prévoit de commencer une série de tests en avril, a annoncé mardi HTT, l’une des deux entreprises porteuses du projet de train à très grande vitesse Hyperloop.

Hyperloop Transportation Technologies a finalisé l’assemblage de sa première piste d’essai dans son centre de recherche et développement de Toulouse et prévoit de commencer une série de tests en avril, a annoncé mardi HTT, l'une des deux entreprises porteuses du projet de train à très grande vitesse Hyperloop. /Photo prise le 2 octobre 2018/REUTERS/Marcelo del Pozo

Lancé en 2013 par Elon Musk, le patron de Tesla et SpaceX, le programme de recherche Hyperloop s’appuie sur des capsules lévitant dans des tubes à base pression à une vitesse pouvant atteindre 1200km/h. Parmi les sociétés les plus avancées sur cette technologie figure aussi Hyperloop One.

“HyperloopTT est en train de finaliser la construction du premier système d’Hyperloop au monde destiné aux passagers et au fret dans son centre de R&D de Toulouse”, indique dans un communiqué l’entreprise américaine de transport.

D’une longueur totale de 320 mètres, la piste d’essai, dont l’assemblage vient de se terminer, est composée de seize tubes de 20m de long, 65 tonnes et d’un diamètre intérieur de 4m. Les tronçons ont été fabriqués en Espagne par Haizea Group et livrés à partir d’avril 2018 sur le site HTT de Toulouse-Francazal.

En avril, Quintero 1, la première capsule passagers Hyperloop, sera introduite dans le mécanisme, explique HTT qui veut faire de Toulouse “le lieu de rassemblement” de ses projets commerciaux à venir à Abu Dhabi et en Chine.

“Notre système à Toulouse sera le seul à être entièrement assuré et certifié par les principales agences mondiales en matière de sécurité”, estime son président Bibop Gresta.

Longue de 32 mètres, large de 15 mètres et lourde de 5 tonnes, la capsule a été assemblée dans le sud de l’Espagne, sur le site aérospatial du partenaire d’Hyperloop Airtificial, une nouvelle entreprise née de la fusion de l’expert en matériaux composites Carbures et de la société d’ingénierie Inypsa qui fournit des entreprises comme Airbus et Boeing.

Dans un deuxième temps, la société américaine a prévu d’installer sur son site toulousain un autre système grandeur nature sur une distance d’1 km et surélevé par des pylônes à une hauteur de 5,8 mètres. Cette seconde piste d’essai sera conçue elle aussi pour le transport de passagers et de fret.

La société HyperloopTT a officialisé en janvier 2017 son arrivée à Toulouse, sur l’ancienne base aérienne de Francazal, devenue une pépinière des transports du futur. Ce centre de R&D dans lequel HyperloopTT a prévu d’investir 40 millions d’euros sur cinq ans, réunira aussi à terme un incubateur de start-ups travaillant sur des technologies connexes au projet Hyperloop.

Créée en 2013, HTT termine actuellement une étude de faisabilité dans la région des Grands Lacs, reliant Cleveland à Chicago.

Johanna Decorse, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below