February 25, 2019 / 9:09 PM / in 5 months

Wall Street en hausse, Trump relance l'espoir d'un accord

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a terminé en hausse lundi, portée par les valeur industrielles et technologiques, après que Donald Trump a repoussé la date-butoir pour les négociations commerciales avec la Chine et déclaré qu’il était “très, très proche” d’un accord.

La Bourse de New York a terminé en hausse lundi. L'indice Dow Jones a gagné 0,23%. /Photo prise le 25 février 2019/REUTERS/Brendan McDermid

Les trois grands indices ont toutefois terminé sous leurs plus hauts du jour dans l’attente de nouvelles avancées, ayant déjà repris beaucoup du terrain perdu à la fin de l’an dernier.

L’indice Dow Jones a gagné 60,14 points, soit 0,23%, à 26.091,95. Le S&P-500, plus large, a pris 3,44 points, soit 0,12%, à 2.796,11, après avoir franchi en séance son seuil de résistance majeure à 2.800 points qui correspond à son niveau de décrochage de début novembre. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 26,92 points (+0,36%) à 7.554,46 points.

Les espoirs d’un accord et les propos accommodants de responsables de la Réserve fédérale ont dopé les actions américaines ces dernières semaines et l’indice S&P-500 n’est plus qu’à 4,6% de son record de clôture atteint fin septembre.

Le président américain a déclaré lundi qu’un accord commercial avec Pékin pourrait se conclure “très bientôt”. Aucune nouvelle date n’a été fixée mais il a dit qu’il prévoyait d’organiser un sommet avec son homologue chinois Xi Jinping dans sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride, une rencontre qui pourrait intervenir au mois de mars.

“Le report de la date limite montre que tout le monde veut travailler dans le même but qui est de parvenir à un compromis qui aiderait les deux économies à croître”, a dit J.J. Kinahan, responsable de la stratégie chez TD Ameritrade à Chicago.

“Les marchés prennent cela comme un signe très positif que les craintes d’un ralentissement de la croissance lié aux droits de douanes pourraient être apaisées”, a-t-il ajouté.

VALEURS

Les valeurs les plus sensibles au commerce mondial ont réagi favorablement, à l’instar de Boeing(+0,66%), Caterpillar (+1,97%) ou encore Apple (+0,73%).

Les fabricants de semi-conducteurs, très exposés à la Chine, ont aussi été recherchés : Advanced Micro Devices a pris 1,44%. L’indice du secteur de Philadelphie a gagné 0,83%.

Le secteur financier a progressé de 0,42%, soutenu par une hausse de 0,65% des banques, à la veille de l’audition du président de la Fed, Jerome Powell, par la commission bancaire du Sénat. Goldman Sachs a pris 1,35%.

General Electric a fortement contribué à la tendance, ayant bondi de 6,39% après avoir annoncé la cession à Danaher (+8,52%) de son activité biopharma pour 21,4 milliards de dollars (18,8 milliards d’euros), ce qui lui permettra de réduire son endettement et de renforcer son bilan.

D’autres fusions-acquisitions ont animé le marché.

La valeur de Spark Therapeutics a plus que doublé après l’annonce de son rachat par Roche qui cherche à prnedre pied dans la thérapie génique.

De même, le canadien Barrick Gold a lancé une offre hostile sur Newmont Mining d’un montant de près de 18 milliards de dollars. Mais le titre Newmint a cédé 1,04%, le prix étant jugé insuffisant.

Home Depot a perdu 1,25%, en attendant la publication mardi avant-Bourse de ses résultats trimestriels qui pourraient refléter le ralentissement du marché américain du logement.

LES INDICATEURS DU JOUR

La journée a été peu animée sur le front des statistiques avec uniquement la parution des stocks du commerce de gros aux Etats-Unis, qui ont enregistré en décembre aux Etats-Unis leur hausse la plus marquée depuis plus de cinq ans.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les Bourses européennes ont également entamé la semaine sur une note positive, saluant la décision de Donald Trump de repousser la date-butoir pour les négociations avec la Chine.

À Paris, l’indice CAC 40 a terminé en hausse de 0,31% à 5.231,85 points et le Dax allemand a progressé de 0,42% mais le Footsie britannique n’a grappillé que 0,07%, ayant été freiné par le renchérissement de la livre après l’évocation d’un report du Brexit.

L’indice EuroStoxx 50 a gagné 0,29%, le FTSEurofirst 300 0,29% et le Stoxx 600 0,26%.

Milan (+0,86%) a surperformé les autres marchés, son secteur bancaire notamment ayant profité du maintien de la note souveraine de l’Italie par l’agence Fitch.

TAUX

Le regain général d’appétit pour le risque et une série d’adjudications du Trésor américain - pour un total de 168 milliards de dollars - ont pesé sur les Treasuries, permettant au rendement à 10 ans de remonter vers 2,67%..

En Europe, le rendement du Bund allemand à 10 ans, référence pour la zone euro, a également progressé, à 0,105%.

A contre-courant, les rendements italiens ont évolué en nette baisse après la décision de Fitch de maintenir sa note souveraine à BBB, malgré une perspective négative.

CHANGES

Le report de la date-butoir pour les négociations commerciales sino-américaines a profité en particulier aux devises les plus exposées aux tensions commerciales, comme le yuan chinois, qui a touché un plus haut de sept mois face au dollar, et le dollar australien.

La montée de l’attrait du risque dans cet espoir a poussé le marché à contrario à délaisser le dollar et le yen et a permis à l’euro de revenir autour de 1,1360.

La livre sterling a progressé face à la devise américaine (+0,34%) grâce à l’évocation d’un report de la date prévue du 29 mars pour le Brexit.

PÉTROLE

Les cours du pétrole chutent de plus de 3% lundi à la suite des dernières déclarations de Donald Trump sur les prix du brut, qu’il juge trop élevés, le président américain ayant appelé l’Opep à se “calmer”.

Le baril de Brent est retombé à moins de 65 dollars et le baril de brut léger américain (WTI) à moins de 55,50 dollars, après avoir touché vendredi leur pic de l’année.

A SUIVRE MARDI

Les investisseurs suivront notamment aux Etats-Unis la publication à 15h00 GMT de l’indice de confiance du consommateur ainsi que l’audition à la même heure du président de la Réserve fédérale Jerome Powell par la commission bancaire du Sénat.

Avec April Joyner à New York, Shreyashi Sanyal et Amy Caren Daniel à Bangalore, Juliette Rouillon pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below