February 25, 2019 / 12:58 PM / in 3 months

Wall Street devrait aussi saluer les avancées sur le commerce

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en hausse lundi, dans la foulée des Bourses européennes et asiatiques qui ont accueilli avec soulagement l’annonce d’un report de la date-butoir des négociations commerciales entre Washington et Pékin.

Les Bourses européennes en hausse à mi-séance. À Paris, le CAC 40 avance de 0,27% à 5.230,06 vers 12h15 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,31% mais à Londres, le FTSE perd 0,07%, pénalisé par le renchérissement de la livre sterling. /Photo d'archives/REUTERS/Peter Nicholls

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de l’ordre de 0,4% à 0,6%. À Paris, le CAC 40 avance de 0,27% à 5.230,06 vers 12h15 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,31% mais à Londres, le FTSE perd 0,07%, pénalisé par le renchérissement de la livre sterling.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 s’adjuge 0,15%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro progresse de 0,27% et le Stoxx 600 monte de 0,13%.

Un peu auparavant en Asie, les Bourses chinoises ont bondi de plus de 5%, l’indice composite de Shanghai ayant signé sa meilleure performance journalière depuis juillet 2015.

Donald Trump a déclaré dimanche qu’il allait reporter le relèvement, initialement prévu vendredi, des droits de douane sur les produits chinois importés aux Etats-Unis, en raison des “progrès substantiels” effectués par Washington et Pékin dans leurs négociations commerciales.

Le président américain menaçait de porter de 10% à 25% les droits de douane sur quelque 200 milliards de dollars (176 milliards d’euros environ) de produits chinois importés si aucun accord n’était conclu d’ici au 1er mars entre les Etats-Unis et la Chine sur plusieurs de ses exigences.

Aucune nouvelle date n’a été fixée pour la conclusion d’un accord avec la Chine mais Donald Trump a indiqué qu’il prévoyait d’organiser un sommet avec son homologue chinois Xi Jinping dans sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride, une rencontre qui pourrait intervenir en mars.

“Depuis plusieurs semaines, nous étions sous perfusion de nouvelles généralement positives, et enfin, nous avons des annonces concrètes favorables sur la situation”, observe David Madden, chez CMC Markets.

Le tableau en Europe est aussi au vert après le maintien de la note souveraine de l’Italie par Fitch, une décision attendue mais qui se traduit néanmoins par un soulagement perceptible sur les actifs italiens.

La Bourse de Milan surperforme les autres indices en Europe, avec un gain de 0,84%, les banques italiennes grimpent et les taux du pays se détendent nettement.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Les valeurs chinoises cotées à New York sont en hausse dans les échanges en avant-Bourse après l’annonce de Washington sur le commerce.

VALEURS EN EUROPE

La détente au moins temporaire sur le front du commerce sino-américain profite en premier lieu aux secteurs les plus exposés à la montée des barrières commerciales: l’indice Stoxx européen de l’automobile progresse de 1,99%, celui des matières premières de 0,42%.

Le secteur des semi-conducteurs est lui aussi bien orienté: AMS s’adjuge 5,57% et STMicroelectronics grimpe de 3,74%, en tête du CAC 40.

A Paris, Valeo se distingue aussi avec un gain de 2,65% et ArcelorMittal prend 2,14%.

Le secteur bancaire est aussi à la fête, soutenu par la hausse des établissements italiens après le statu quo de Fitch sur la note de l’Italie.

L’indice Stoxx du compartiment prend 0,83% et celui des seules banques italiennes avance de 2,07%.

A la baisse, le groupe allemand de chimie Covestro cède près de 4% après avoir prévenu que son excédent brut d’exploitation (Ebitda) pourrait chuter de moitié cette année.

Ipsen (-5,15%) est aussi sanctionné après l’annonce d’une offre d’achat sur la biotech canadienne Clementia Pharmaceuticals, spécialisée dans le traitement de maladies rares. Le laboratoire a prévenu que cette acquisition allait peser dans un premier temps sur ses marges.

TAUX

La hausse des actions et le regain général d’appétit pour le risque défavorisent les emprunts d’Etat, ce qui se traduit par une remontée des rendements: celui du Bund allemand à dix ans, référence pour la zone euro, prend près de deux points de base à plus de 0,11%, et celui des Treasuries de même échéance revient vers 2,68%.

A contre-courant, les rendements italiens évoluent en nette baisse après la décision de Fitch de maintenir sa note souveraine à BBB, malgré une perspective négative.

Tout en soulignant le niveau “extrêmement élevé” de la dette publique de la péninsule, l’absence de réduction du déficit structurel, la faiblesse persistante du secteur bancaire et celle de la croissance, l’agence a pris acte de l’endettement relativement faible du secteur privé, d’une maturité moyenne et d’un rendement moyen à l’émission de la dette publique relativement favorables ou encore de la part minime de la part de la dette détenue par des créanciers étrangers.

Le rendement des BTP italiens à dix ans perd près de six points de base à 2,795% et le deux ans recule de neuf points, à 0,43%.

CHANGES

L’apaisement des craintes sur l’Italie et la hausse de l’appétit pour le risque, défavorable au dollar, soutiennent l’euro, qui remonte à 1,1365 face au billet vert.

Le report de la date-butoir pour les négociations commerciales sino-américaines a profité en particulier aux devises les plus exposées aux tensions commerciales, comme le yuan chinois qui a touché un plus haut de sept mois face au dollar, et le dollar australien.

La livre sterling évolue également en hausse face à la devise américaine (+0,2%) grâce à l’évocation d’un report de la date prévue du 29 mars pour le Brexit, un mouvement qui pèse notamment sur l’indice britannique Footsie des moyennes capitalisations (-0,37%).

PÉTROLE

Les cours du brut évoluent non loin de leur plus hauts de 2019, soutenus par les perturbations dans la production de certains pays soumis à des incertitudes politiques comme le Venezuela et la Libye et par les avancées dans le dossier du commerce sino-américain.

Toutefois, la production pétrolière record aux Etats-Unis et les doutes sur la croissance mondiale limitent la progression des cours.

Le baril de Brent évolue au-dessus des 67 dollars et le baril de brut léger américain (WTI) se traite autour de 57,50 dollars.

Édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below