February 25, 2019 / 9:43 AM / 3 months ago

Buffett adresse des critiques voilées à Trump

NEW YORK (Reuters) - Dans sa lettre annuelle aux investisseurs, Warren Buffett semble reprocher à Donald Trump de s’attribuer un trop grand mérite pour les performances de l’économie américaine, tout en admettant qu’il est difficile pour sa société Berkshire Hathaway de réaliser de grosses acquisitions en raison des conditions actuelles du marché.

Dans sa lettre annuelle aux investisseurs, Warren Buffett semble reprocher à Donald Trump de s'attribuer un trop grand mérite pour les performances de l'économie américaine, tout en admettant qu'il est difficile pour sa société Berkshire Hathaway de réaliser de grosses acquisitions en raison des conditions actuelles du marché. /Photo d'archives/REUTERS/Rick Wilking

La société du milliardaire américain, dont les investissements n’ont pas tous été couronnés de succès récemment avec notamment le plongeon en Bourse de Kraft Heinz vendrediet le net recul d’Apple au quatrième trimestre 2018, a réalisé l’an dernier son bénéfice annuel le plus faible depuis 2001.

A 88 ans, Warren Buffett a profité de la publication de sa lettre, un événement particulièrement attendu par les investisseurs chaque année, pour souligner que le succès de Berkshire au fil des années était en partie dû “au vent favorable qui souffle sur l’Amérique” et a permis au pays de bénéficier d’une “prospérité presque incroyable”.

L’homme d’affaires écrit que, depuis qu’il a commencé à investir en 1942, cette prospérité a été encadrée par sept présidents républicains et sept présidents démocrates, en temps de guerre et de crise financière.

Donald Trump s’attribue souvent le mérite des données positives sur l’économie américaine et sur la Bourse et les relie souvent à sa politique économique.

Personne ne devrait revendiquer ces succès quand la conjoncture est favorable, juge cependant Warren Buffett, qui a soutenu Hillary Clinton, l’adversaire démocrate de Donald Trump, lors de l’élection présidentielle américaine de 2016.

“C’est plus que de l’arrogance pour une entreprise ou un individu américain de se vanter d’avoir ‘fait ça tout seul’”, écrit-il.

BERKSHIRE COMPTE INVESTIR À L’ÉTRANGER

Autre critique possible du président américain, qui se félicite parfois des performances économiques des Etats-Unis par rapport à d’autres pays comme la Chine, Warren Buffett affirme que les Etats-Unis devraient “se réjouir” quand d’autres pays profitent de perspectives radieuses.

“Les Américains seront à la fois plus prospères et plus en sécurité si toutes les nations se développent”, écrit-il. “Chez Berkshire, nous espérons investir des sommes considérables au-delà des frontières.”

Warren Buffett cherche aussi à investir à l’étranger car il peine à trouver de grosses acquisitions aux Etats-Unis et ne s’attend pas à ce que cela change prochainement.

La dernière acquisition majeure de Berkshire remonte au rachat en janvier 2016 de l’équipementier aéronautique Precision Castparts pour 32,1 milliards de dollars (28,3 milliards d’euros).

Selon Warren Buffett, les perspectives actuelles en termes d’acquisitions ne sont “pas bonnes” car les prix sont “exorbitants” pour les entreprises aux performances prometteuses.

Même s’il dit ressentir de l’excitation à l’idée d’une acquisition majeure, la “triste réalité” est que Berkshire utilisera probablement une partie de ses 111,9 milliards de dollars de liquidités pour acheter davantage d’actions, poursuit Warren Buffett.

Berkshire a terminé 2018 avec des participations représentant au total 172,8 milliards de dollars mais nombre de ces actions ont enregistré un repli à deux chiffres au cours du dernier trimestre.

Le bénéfice net sur l’ensemble de l’année est tombé à 4,02 milliards de dollars, contre 44,94 milliards sur l’exercice précédent, marqué par une baisse de l’impôt sur les sociétés.

Le bénéfice d’exploitation du quatrième trimestre a dépassé les attentes des analystes à 5,72 milliards de dollars, soit 3.484 dollars par action de catégorie A. Il a progressé de 71% sur l’année à 24,78 milliards de dollars.

Berkshire a racheté pour environ 418 millions de dollars de ses actions au cours du quatrième trimestre.

Claude Chendjou pour le service français, édité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below