February 25, 2019 / 9:08 AM / 23 days ago

La détente sur le commerce USA-Chine profite aux actifs risqués

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en hausse en début de séance lundi après la décision de Donald Trump de repousser le relèvement des droits de douane américains sur des centaines de produits chinois importés aux Etats-Unis, un signe de détente sur le front commercial qui soulage au moins temporairement les investisseurs.

Les principales Bourses européennes évoluent en hausse en début de séance lundi. À Paris, le CAC 40 gagne 0,30% à 5.231,34 points vers 08h50 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,51% et à Londres, le FTSE 100 avance de 0,10%. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

À Paris, le CAC 40 gagne 0,30% à 5.231,34 points vers 08h50 GMT; au plus haut depuis le 10 octobre, il affiche désormais une progression de plus de 10% depuis le 1er janvier et confirme son retour au-dessus de sa moyenne mobile à 200 jours.

À Francfort, le Dax prend 0,51% et à Londres, le FTSE 100 avance de 0,10%. L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en hausse de 0,24%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,42% et le Stoxx 600 de 0,32%, lui aussi au plus haut depuis quatre mois et demi.

La Bourse de Milan surperforme les autres grandes places européennes avec un gain de 0,83% après le maintien de la note souveraine BBB de Fitch Ratings.

Le président américain a renoncé à relever dès le 1er mars de 10% à 25% les droits de douane sur environ 200 milliards de dollars (176 milliards d’euros) de produits chinois importés aux Etats-Unis, une décision qu’il a justifiée par les progrès “substantiels” accomplis lors des négociations commerciales entre Washington et Pékin.

“La prolongation du délai montre que les deux parties sont disposées à conclure un accord, ce qui est en soi significatif car ce n’était pas acquis jusqu’à présent”, commente Neil Wilson, analyste de Markets.com à Londres, tout en soulignant que “les Etats-Unis et la Chine ont encore beaucoup de travail pour assurer un accord; il s’agit d’une prolongation de la trêve, pas d’un traité de paix”.

Autre motif de soulagement pour les investisseurs: un membre du cabinet de Theresa May, la Première ministre britannique, a déclaré que le gouvernement envisageait différentes options, dont un possible report du Brexit, si la Chambre des communes ne ratifie pas d’ici au 12 mars l’accord de retrait de l’Union européenne.

VALEURS

La détente au moins temporaire sur le front du commerce sino-américain profite en premier lieu aux secteurs les plus exposés à la montée des barrières commerciales: l’indice Stoxx européen de l’automobile progresse de 1,48%, celui des matières premières de 1,07%.

A Paris, Valeo est en tête du CAC avec un gain de 2,87% devant ArcelorMittal (+2,19%).

Parmi les plus fortes progressions de l’EuroStoxx 50, on trouve aussi des valeurs du luxe, très dépendantes du marché chinois, comme LVMH (+1,38%) ou Kering (+1,33%).

Le secteur des semi-conducteurs est lui aussi bien orienté: AMS s’adjuge 5,22%, STMicroelectronics 2,19%.

A Milan, l’indice des banques italiennes avance de 1,74%.

A la baisse, le groupe allemand de chimie Covestro cède 2,79% après avoir prévenu que son excédent brut d’exploitation (Ebitda) pourrait chuter de moitié cette année.

EN ASIE

La décision de Donald Trump sur les droits de douane a dopé les marchés actions chinois: l’indice SSE Composite de Shanghai a fini la journée sur un bond de 5,6%, sa meilleure performance depuis juillet 2015, pour clôturer au plus haut depuis le 15 juin dernier, tout comme le CSI 300 des principales capitalisations de Chine continentale, qui a pris 5,95%.

Le SSE Composite affiche désormais un rebond de plus de 18% depuis le début de l’année, après une chute de plus de 11% au quatrième trimestre de l’an dernier.

La réaction est plus mitigée à Hong Kong, où l’indice Hang Seng a limité sa progression à 0,50%.

A Tokyo, l’indice Nikkei a terminé en hausse de 0,48%, au plus haut depuis la mi-décembre. [.TFR]

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en hausse vendredi, portée par l’optimisme affiché par Donald Trump et le vice-Premier ministre chinois Liu He sur les chances de parvenir à un accord commercial entre les deux premières puissances économiques mondiales.

L’indice Dow Jones a gagné 0,70%, à 26.031,81 points, passant la barre des 26.000 pour la première fois depuis le 9 novembre. Le S&P-500 a pris 17,79 points (0,64%) à 2.792,67, sa meilleure clôture depuis le 8 novembre et le Nasdaq Composite a avancé de 67,84 points (0,91%) à 7.527,55 points. [.NFR]

La séance a été marquée par la chute de 27,46% de Kraft Heinz, les investisseurs sanctionnant les 15,8 milliards de dollars de dépréciations d’actifs passées par le géant américain de l’agroalimentaire, perçues comme le reflet d’une érosion de la valeur de ses marques.

Sur la semaine, le S&P a pris 0,62%, le Dow 0,57% et le Nasdaq 0,74%.

TAUX

La hausse des actions et le regain général d’appétit pour le risque défavorisent les emprunts d’Etat, ce qui se traduit par une remontée des rendements: celui du Bund allemand à dix ans, référence pour la zone euro, prend plus d’un point de base à 0,11%.

Mais le fait marquant du jour sur le marché européen des emprunts d’Etat est le repli marqué des rendements italiens après la décision de Fitch de maintenir sa note souveraine à BBB, malgré une perspective négative.

Le rendement des BTP dix ans perd près de neuf points de base à 2,766% et le deux ans près de 11 points à 0,418%.

CHANGES

Le dollar cède du terrain face à un panier de devises de référence, le soulagement lié au commerce sino-américain le privant d’une partie de son attrait de valeur refuge. L’euro remonte autour de 1,1350 dollar.

En Asie, le yuan a atteint un plus haut de sept mois face au billet vert à 6,6737; les dollars australien et néo-zélandais sont eux aussi bien orientés.

La livre sterling profite quant à elle de l’évocation d’un report du Brexit et s’apprécie de près de 0,15% face au billet vert. Elle a toutefois effacé une partie de ses gains du début de séance.

PÉTROLE

Le marché pétrolier reste à l’écart du mouvement général de retour sur les actifs risqués, pénalisé par de nouveaux signes d’abondance de l’offre et d’intensification de la concurrence sur les prix.

Le Brent est retombé sous les 67 dollars le baril après avoir atteint vendredi son plus haut niveau depuis le 16 novembre à 67,73 dollars.

Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) revient parallèlement vers le seuil des 57 dollars après un pic à 57,81 dollars vendredi.

MÉTAUX

Le report de la hausse des droits de douane américains soutient les cours du cuivre, qui ont repassé la barre des 6.500 dollars la tonne à Londres pour la première fois depuis juillet.

L’étain a touché parallèlement un pic de dix mois, après l’arrêt de la production d’un gisement chinois, conséquence d’un accident mortel.

Édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below