February 22, 2019 / 2:39 PM / 5 months ago

Benalla et Crase maintenus en détention

Le président de la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Paris a rejeté vendredi un recours déposé par Alexandre Benalla et Vincent Crase (photo) contre leur détention provisoire. /Photo prise le 19 septembre 2018/REUTERS/Gonzalo Fuentes

PARIS (Reuters) - Le président de la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Paris a rejeté vendredi un recours déposé par Alexandre Benalla et Vincent Crase contre leur détention provisoire, a-t-on appris de sources judiciaires.

Les deux hommes, écroués mardi pour avoir violé le contrôle judiciaire auquel ils étaient tenus dans le cadre de l’enquête sur des violences commises en marge des manifestations du 1er mai 2018, restent donc détenus.

L’appel de l’ex-chargé de mission de l’Elysée et de l’ancien responsable de la sécurité de La République en marche (LaRem) sera de nouveau examiné mardi matin, cette fois par la chambre de l’instruction en formation collégiale.

Leur détention provisoire ne peut durer plus de quatre mois mais leurs avocats ont bien l’intention d’exercer tous les recours pour les faire sortir avant.

Les nuages judiciaires s’accumulent pour Alexandre Benalla et Vincent Crase, accusés de faux témoignages par la commission des lois du Sénat, qui les a entendus sur l’affaire du 1er mai 2018 et, pour ce qui concerne l’ex-homme de confiance d’Emmanuel Macron, sur l’usage qu’il a fait de passeports diplomatiques après son licenciement par l’Elysée en juillet dernier.

Ces accusations pourraient leur valoir de nouvelles poursuites si le Sénat décide de saisir le parquet ou si celui-ci s’en saisit de lui-même.

Le parquet de Paris a par ailleurs ouvert une enquête préliminaire pour entrave à la manifestation de la vérité, pour déterminer si des éléments de preuves ont été dissimulés ou détruits par les deux hommes.

Cela vise notamment une conversation entre Alexandre Benalla et Vincent Crase, qui a été enregistrée et dont le journal sur internet Mediapart a diffusé des extraits.

Les avocats des deux hommes avaient l’intention de déposer une requête en nullité de ces extraits, en invoquant le fait qu’ils ont été enregistrés dans l’illégalité.

Simon Carraud et Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below