February 20, 2019 / 6:46 AM / 10 months ago

Scor en perte au quatrième trimestre à cause des catastrophes naturelles

PARIS (Reuters) - Scor a fait état mercredi d’une perte nette de 20 millions d’euros au quatrième trimestre en raison des coûts des catastrophes naturelles survenues au Japon et aux Etats-Unis au cours du second semestre.

Scor a fait état mercredi d'une perte nette de 20 millions d'euros au quatrième trimestre en raison des coûts des catastrophes naturelles survenues au Japon et aux Etats-Unis au cours du second semestre. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann

Le réassureur français, que l’assureur mutualiste Covéa a renoncé à acheter fin janvier, indique dans un communiqué que la facture de ces catastrophes naturelles, principalement des typhons, des ouragans et des incendies, s’est élevée l’an dernier à quelque 657 millions d’euros.

Sur l’ensemble de l’exercice 2018, le résultat net de Scor ressort en hausse de 12,6% à 322 millions d’euros.

Ses revenus ont crû de 7,1% à taux de change constants à 15,25 milliards d’euros, avec une hausse de 7,3% des primes brutes émises dans la réassurance vie et de +6,7% dans la branche dommages.

A 10h18, l’action progressait de 0,63%, à 38,56 euros, en ligne avec l’indice européen de l’assurance (0,67%).

Le groupe prévoit de verser à ses actionnaires un dividende de 1,75 euro par action au titre de 2018 contre 1,65 euro précédemment.

MANDAT JUSQU’EN 2021

Scor a rejeté début septembre une offre de rachat de son principal actionnaire Covéa qui détient 8,2% du capital du réassureur.

“Ce rapprochement n’a jamais été une option stratégique”, a une nouvelle fois insisté Denis Kessler, le PDG de Scor, lors d’une conférence téléphonique.

Après plusieurs mois d’affrontement entre les deux groupes et alors que Covéa maintenait son souhait de prendre le contrôle de Scor, l’assureur mutualiste a fini par jeter l’éponge face à la détermination du réassureur, soucieux de préserver son indépendance.

Le conflit a depuis pris une tournure judiciaire, Scor ayant décidé d’engager des actions pénales contre Covéa et son PDG Thierry Derez pour abus de confiance et recel d’abus de confiance.

Alors que la gouvernance du groupe de réassurance a été critiquée par le fonds Ciam, Denis Kessler s’est aussi défendu de chercher à s’accrocher à son poste: “Un jour, je partirai. Il n’y a aucune ambiguïté. C’est une probabilité certaine.”

“Quand j’ai un mandat, et comme toujours, je fais en sorte de le poursuivre, de le réaliser et de tenir les objectifs qui m’ont été fixés”, a-t-il souligné, rappelant que son mandat courait jusqu’en 2021.

Scor a par ailleurs annoncé ce jour le départ à la retraite de Victor Peignet, le patron de Scor Global P&C (branche dommages), et son remplacement à compter du 1er avril par Jean-Paul Conoscente.

Jean-Paul Conoscente, qui a la double nationalité américaine et française, a rejoint Scor en 2008 et avait pris en 2016 la direction générale de l’ensemble des filiales américaines de réassurance dommages du groupe français.

Matthieu Protard, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below