February 18, 2019 / 5:32 PM / a month ago

Privée de Wall Street, l'Europe clôture sans conviction

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont entamé la semaine en ordre dispersé, la fermeture de Wall Street lundi pour un jour férié ayant limité les initiatives dans un climat toujours marqué par les négociations commerciales entre Washington et Pékin et les doutes sur la croissance.

Les Bourses européennes ont entamé la semaine en ordre dispersé. À Paris, l'indice CAC 40 a terminé sur un gain de 0,3% et le Dax allemand a fini pratiquement inchangé (-0,01%). De son côté, le Footsie britannique a cédé 0,29%, pénalisé par le renchérissement de la livre sterling. /Photo prise le 18 février 2019/REUTERS

À Paris, l’indice CAC 40 a terminé sur un gain de 0,3% à 5.168,54 points et le Dax allemand a fini pratiquement inchangé (-0,01%). De son côté, le Footsie britannique a cédé 0,29%, pénalisé par le renchérissement de la livre sterling.

L’indice EuroStoxx 50 a gagné 0,11%, le FTSEurofirst 300 s’est adjugé 0,17% et le Stoxx 600 a progressé de 0,23%.

Si la tendance a été nettement positive lundi matin en Asie, les Bourses européennes n’ont pas connu le même enthousiasme. Pourtant, l’optimisme reste de mise sur les négociations sino-commerciales américaines, qui doivent reprendre cette semaine à Washington.

“C’est la même histoire que la semaine dernière, selon laquelle le fait que les négociations se poursuivent est perçu comme un pas dans la bonne direction”, commente David Madden, chez CMC Markets.

Les investisseurs européens ont néanmoins été quelque peu refroidis par les chiffres du marché automobile chinois, qui a chuté de 15,8% sur un an en janvier.

La menace d’une hausse par les Etats-Unis des droits de douane sur les importations de véhicules et de composants automobiles, notamment en provenance d’Europe, a aussi pesé.

VALEURS

La chute du marché automobile chinois et le risque de nouvelles taxes ont pesé sur le compartiment automobile européen dont l’indice Stoxx a reculé de 0,2%.

Renault a cédé 1,20%, Volkswagen a perdu 1,15% et Porsche s’est replié de 1%.

A Paris, Faurecia (+1,62%) a résisté à la baisse du secteur grâce à la publication de résultats et prévisions jugées rassurantes.

Les valeurs bancaires en revanche ont soutenu la cote, notamment à Paris où la Société générale (+2,57%) est l’un des plus gros contributeurs à la hausse du CAC, avec le Crédit agricole (+2,45%). L’indice des banques italiennes (+1,71%) continue aussi à profiter de l’annonce par Benoît Coeuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), qu’une nouvelle salve de prêts à long terme (TLTRO) était possible.

La plus forte progression du SBF 120 est revenue à TF1, qui s’est envolé de 16,82% sur la lancée de son gain de 5,47% vendredi après des résultats annuels très bien accueillis par les analystes.

En tête du Stoxx 600, Wirecard a grimpé de 15,12%. Le spécialiste du traitement des paiements a bénéficié de la décision de la BaFin, l’autorité allemande des marchés financiers, d’interdire les prises de position à découvert sur le titre après sa chute des derniers jours.

CHANGES

L’optimisme autour des négociations commerciales entre Pékin et Washington permet à l’euro de se renforcer après le creux de trois mois touché en séance vendredi. La devise unique évolue au-dessus du seuil de 1,13 dollar.

De son côté, la livre sterling reste bien orientée, en hausse d’environ 0,3% face au dollar, dans l’attente de nouveaux développements dans les discussions entre Londres et l’Union européenne sur le Brexit.

Dans ce contexte, l’indice “dollar”, qui mesure l’évolution du billet vert face à un panier de devises, recule de 0,15%.

TAUX

Les rendements des emprunts d’Etat de référence de la zone euro ont peu bougé lundi, en l’absence du marché obligataire américain. Le rendement du Bund allemand à dix ans a terminé la journée à 0,11% contre 0,103% en clôture vendredi.

Les taux italiens se sont en revanche détendus, le rendement à dix ans ayant cédé plus d’un point de base, à 2,777%, dans la perspective de nouvelles opérations de TLTRO évoquées vendredi par Benoît Coeuré (BCE).

De son côté, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a indiqué lundi que le moment où la Banque centrale européenne (BCE) pourrait décider d’un premier relèvement des taux d’intérêt depuis la crise de 2008 dépendrait de la durée du ralentissement économique à l’oeuvre dans la zone euro.

PÉTROLE

Les espoirs d’accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine et la baisse de production opérée par l’Opep soutiennent les cours du pétrole, en passe de signer leur meilleur premier trimestre en huit ans.

Le baril de Brent évolue autour de 66,50 dollars et celui du brut léger américain (WTI) cote autour du seuil de 56 dollars.

A SUIVRE MARDI :

Les opérateurs de marché suivront mardi à 11h00 l’indice allemand ZEW du sentiment des investisseurs dans un contexte de ralentissement prononcé de la première économie allemande. Côté entreprises, Danone publiera ses résultats annuels avant l’ouverture du marché en Europe et Walmart ses résultats du quatrième trimestre avant l’ouverture de Wall Street.

Édité par Juliette Rouillon

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below