February 18, 2019 / 1:22 PM / 10 months ago

Les actions européennes prudentes face à des signaux contraires

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en ordre dispersé avec des variations modestes lundi à mi-séance, tiraillées entre l’espoir d’un accord commercial entre Washington et Pékin et l’accumulation des signes d’un ralentissement de l’économie mondiale.

Les principales Bourses européennes évoluent en ordre dispersé avec des variations modestes lundi à mi-séance. À Paris, le CAC 40 prend 0,12% vers 12h15 GMT. À Francfort, le Dax abandonne 0,22% et à Londres, le FTSE recule de 0,19%. /Photo prise le 12 février 2019/REUTERS/Kai Pfaffenbach

Le secteur automobile pèse en outre sur la tendance, notamment à Francfort, après un indicateur chinois inquiétant et sous la menace d’une hausse par les Etats-Unis des droits de douane sur les véhicules et pièces détachées importés.

À Paris, le CAC 40 prend 0,12% à 5.159,29 points vers 12h15 GMT. À Francfort, le Dax abandonne 0,22% et à Londres, le FTSE recule de 0,19%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 avance de 0,06%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,03% et le Stoxx 600 de 0,09%.

Les mouvements devraient rester limités en l’absence des investisseurs américains, la journée étant fériée aux Etats-Unis

La Chine et les Etats-Unis ont fait état vendredi de progrès dans les discussions sur leurs relations commerciales, qui doivent reprendre cette semaine à Washington, et le président américain, Donald Trump, a laissé entendre qu’il pourrait repousser la date limite du 1er mars fixée pour la conclusion d’un accord global.

Les dernières nouvelles sur le front macroéconomique sont moins encourageantes: en Chine, le marché automobile a chuté de 15,8% sur un an en janvier, son septième mois consécutif de baisse, et la principale fédération de constructeurs automobiles du pays s’attend à un recul sur l’ensemble du premier trimestre.

Dans ce contexte, les investisseurs étudieront avec attention le compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale, mercredi, et celui de la réunion de janvier de la Banque centrale européenne (BCE), jeudi.

VALEURS

En Bourse en Europe, le secteur automobile (-0,48%) souffre à la fois des derniers chiffres du marché chinois et des craintes récurrentes de montée des barrières douanières américaines. Le département du Commerce américain a en effet remis à dimanche Donald Trump dimanche un rapport susceptible de motiver une hausse des droits de douane sur les véhicules et pièces détachées importés, hausse à laquelle l’Union européenne se dit déjà prête à riposter.

Volkswagen perd 1,26%, et Daimler 0,57%. A Paris, Renault cède 1,31%, la plus forte baisse du CAC 40.

La plus forte progression de l’indice parisien SBF 120 est pour TF1, qui bondit de 10,16% sur la lancée de son gain de 5,47% vendredi après ses résultats, les analystes ayant revu à la hausse leurs prévisions pour le groupe.

En tête du Stoxx 600, Wirecard grimpe de 12,31%. Le spécialiste du traitement des paiements bénéficie de la décision de la BaFin, l’autorité allemande des marchés financiers, d’interdire les prises de position à découvert sur le titre après sa chute des derniers jours.

A la baisse, Casino cède 2,4% après l’abaissement de la recommandation de Deutsche Bank à “conserver” contre “acheter”.

TAUX

Sur le marché obligataire, les rendements des emprunts d’Etat de référence de la zone euro reprennent un peu de terrain, autour de 0,11% pour le Bund allemand à dix ans, après avoir reculé dans le sillage de déclarations de plusieurs responsables de la Banque centrale européenne (BCE) alimentant les spéculations sur de possibles nouvelles mesures d’assouplissement.

Dans un entretien publié dimanche par le quotidien allemand Handelsblatt, Olli Rehn, le président de la banque centrale finlandaise, a déclaré que les indicateurs les plus récents traduisaient une dégradation de la conjoncture dans la zone euro et que les taux d’intérêt de la BCE resteraient à leur niveau actuel tant que les objectifs de la politique monétaire ne seraient pas atteints.

De son côté, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a dit à El Pais que le calendrier du relèvement des taux dépendrait de la durée du ralentissement économique à l’oeuvre dans la zone euro.

CHANGES

Le regain d’appétit pour le risque favorisé par les déclarations positives sur le commerce fait reculer le dollar en le privant d’une partie de son attrait de valeur refuge.

L’”indice dollar”, qui mesure les fluctuations de la devise américaine face à un panier de référence, abandonne 0,22%. L’euro en profite pour confirmer son retour vers 1,1330 dollar après le plus bas de plus de trois mois touché vendredi à 1,1231.

La livre sterling reste bien orientée, en hausse d’environ 0,3% face au dollar, dans l’attente de nouveaux développements dans les discussions entre Londres et l’Union européenne sur le Brexit.

PÉTROLE

Du côté du brut, Le baril de Brent prend 0,6% aprés avoir atteint en séance son plus haut niveau depuis la fin novembre à 66,83 dollars, porté par l’espoir de voir un hypothétique accord commercial entre Pékin et Washington soutenir la demande.

Édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below