February 7, 2019 / 11:00 AM / 10 months ago

DSV déterminé à racheter Panalpina malgré les obstacles

Jens Bjorn Anderson, le directeur général de DSV. Le groupe de logistique danois DSV s'est dit jeudi déterminé à racheter son concurrent suisse Panalpina Welttransport malgré le rejet de son offre de plus de quatre milliards de francs (3,5 milliards d'euros) par le principal actionnaire de sa cible. /Photo d'archives/REUTERS/Jacob Gronholt-Pedersen

COPENHAGUE (Reuters) - Le groupe de logistique danois DSV s’est dit jeudi déterminé à racheter son concurrent suisse Panalpina Welttransport malgré le rejet de son offre de plus de quatre milliards de francs (3,5 milliards d’euros) par le principal actionnaire de sa cible.

“Nous concentrons tous nos efforts sur ce dossier (...) Nous sommes pleinement déterminés à aller jusqu’au bout de cette transaction”, a dit à Reuters Jens Bjorn Anderson, le directeur général de DSV, à l’occasion de la publication de résultats du quatrième trimestre conformes aux attentes.

Il n’a pas pour autant précisé si le groupe avait entamé des discussions avec Panalpina ou ses actionnaires.

En repoussant DSV, la fondation Ernst Göhner, qui détient près de 46% de Panalpina, pourrait contraindre le groupe danois à relever le prix de son offre en numéraire et en titres.

“Si nous avions considéré que l’affaire était bouclée, nous aurions déposé un avis boursier et nous ne l’avons pas fait”, a encore dit Jens Bjorn Andersen, en réponse à une question sur d’éventuelles négociations en cours.

Si jamais DSV n’arrive pas à mettre la main sur Panalpina, ce sera son deuxième revers en quelques mois en matière de croissance externe en Suisse.

Les groupes de logistique s’efforcent d’accroître leur taille, le secteur comptant une multitude d’acteurs, souvent petits. DSV est passé à l’offensive sur Panalpina après l’échec à l’automne de sa tentative d’achat d’un autre groupe suisse, Ceva, qui a depuis resserré les liens avec le français CMA CGM, devenu son principal actionnaire.

Avec Panalpina, qui est sous la pression de l’investisseur activiste Cevian pour participer au mouvement de consolidation du secteur, DSV veut devenir le numéro quatre mondial de la logistique, derrière DHL Logistics, une filiale de Deutsche Post, le suisse Kuehne & Nagel et DB Schenker, filiale de l’opérateur ferroviaire allemand Deutsche Bahn.

Teis Jensen, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below