February 5, 2019 / 2:05 PM / 3 months ago

Senard pourrait se rendre au Japon avant Genève

PARIS (Reuters) - Jean-Dominique Senard pourrait se rendre au Japon dans les semaines qui viennent pour la première fois en tant que président de Renault afin de continuer à retisser les fils du dialogue avec Nissan, a dit à Reuters une source proche du dossier.

Jean-Dominique Senard (photo) pourrait se rendre au Japon dans les semaines qui viennent pour la première fois en tant que président de Renault afin de continuer à retisser les fils du dialogue avec Nissan, a dit à Reuters une source proche du dossier. /Photo prise le 3 octobre 2018/REUTERS/Régis Duvignau

Depuis qu’il a endossé fin janvier le costume abandonné par Carlos Ghosn, le président de Michelin a des échanges réguliers avec le partenaire japonais de Renault et son directeur général Hiroto Saikawa.

“Les échanges sont très positifs, il y a une volonté commune de faire avancer l’alliance”, a dit la source.

Un porte-parole de Renault n’était pas en mesure de faire un commentaire dans l’immédiat.

Les deux hommes se sont rencontrés la semaine dernière à Amsterdam, siège de la holding Renault Nissan BV, et ont échangé par visio-conférence pas plus tard que mardi matin.

“Aujourd’hui on est au début du chemin, mais le chemin existe et les gens se parlent”, a indiqué de son côté une source de l’Elysée. L’Etat français est le principal actionnaire de Renault.

Un déplacement de Jean-Dominique Senard au Japon pourrait être organisé après la présentation des résultats annuels de Michelin, lundi prochain, et celle des chiffres 2018 de Renault, le vendredi qui suit, et avant les journées presse du 89e salon de l’automobile de Genève, une des grand-messe de la profession qui battra son plein à compter du 5 mars prochain.

Après la démission de Carlos Ghosn, incarcéré au Japon depuis novembre dernier sur des accusations de malversations financières, le groupe au losange a donné mission à Jean-Dominique Senard de piloter l’alliance avec Nissan pour le compte de Renault, en liaison avec Thierry Bolloré, nommé directeur général.

L’objectif est de préparer l’évolution future de ce partenariat inédit dans l’automobile, et de dissiper les tensions franco-japonaises que l’affaire Carlos Ghosn a ravivées.

Le nouveau président de Renault, dont la nomination comme administrateur de Nissan sera proposée le 8 avril, doit aussi présenter le projet d’une nouvelle gouvernance au conseil d’administration du groupe français. Sans doute après la restitution fin février de l’audit de Mazars, le cabinet français désigné pour éplucher les comptes de la holding RNBV depuis sa création en 2002..

Jean-Dominique Senard, qui partage son temps entre ses deux mandats simultanés de président de Renault et de Michelin, entend aussi faire des visites de terrain sur des sites du groupe au losange dans les prochains jours.

“Il s’immerge dans les dossiers Renault, en bonne intelligence avec Thierry Bolloré”, ajoute la première source.

Par un heureux hasard, les bureaux parisiens de Michelin - le siège du groupe est situé à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) - se trouvent également à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), à quelques rues du siège du groupe au losange et à la hauteur de l’île Seguin, où s’élevait jadis la célèbre usine Renault.

Après la prochaine assemblée générale de Michelin le 17 mai, Jean-Dominique Senard cédera comme prévu la présidence du fabricant de pneumatiques à Florent Menegaux et deviendra alors président à plein temps de Renault.

Gilles Guillaume et Laurence Frost, avec Marine Pennetier, Jean-Baptiste Vey et Michel Rose, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below