February 5, 2019 / 9:10 AM / 3 months ago

Le secteur privé reste en contraction en janvier, dit Markit

PARIS (Reuters) - L’activité des entreprises du secteur privé français s’est à nouveau repliée en janvier en raison d’un climat morose dans le secteur des services, selon la version définitive de l’indice composite publié mardi par IHS Markit.

L'activité des entreprises du secteur privé français s'est à nouveau repliée en janvier en raison d'un climat morose dans le secteur des services, selon la version définitive de l'indice composite publié mardi par IHS Markit. /Photo prise le 28 janvier 2019/REUTERS/Wolfgang Rattay

L’indice, qui englobe à la fois le secteur manufacturier et les services, reste sous la barre des 50, à 48,2, ce qui dénote une contraction, un peu moins marquée qu’annoncé en première estimation (47,9) et qu’en décembre (48,7).

S’il reste modéré, le taux de contraction de janvier est le plus net depuis novembre 2014, souligne Markit.

Contrairement à la tendance observée pendant la majeure partie de 2018, c’est l’industrie manufacturière qui a réalisé les meilleures performances en janvier, rappelle Markit. Elle s’est légèrement redressée, l’indice PMI correspondant repassant au-dessus de la barre des 50, en zone d’expansion, à 51,2.

Au contraire, dans les services, l’activité a diminué pour le deuxième mois consécutif en janvier, le taux de contraction étant le plus marqué depuis près de cinq ans.

L’indice de l’activité commerciale se replie à 47,8 (après 47,5 en première estimation et 49,0 en décembre).

Cette détérioration de la conjoncture s’explique, selon les entreprises interrogées, par la faiblesse de la demande.

“Les derniers résultats de l’enquête s’avèrent préoccupants pour l’économie française qui s’était, pendant la majeure partie de l’année 2018, appuyée sur un secteur des services dynamique”, a déclaré Eliot Kerr, économiste de IHS Markit.

“Bien que le recul de la production industrielle ait ralenti en janvier, un rebond du secteur manufacturier ne suffirait probablement pas à porter à lui seul la croissance économique française si la faiblesse du secteur des services venait à perdurer”, a-t-il prévenu.

La baisse du volume global des nouvelles affaires s’est elle aussi accélérée au cours du mois dernier, tendance reflétant notamment un fort recul des nouvelles affaires à l’export, le plus marqué depuis novembre 2016.

Au total, le volume global des nouvelles affaires a diminué pour le deuxième mois consécutif en janvier dans le secteur privé français. La contraction s’est en outre accélérée par rapport à décembre, son taux étant le plus marqué de 50 mois.

L’emploi tel qu’il ressort de l’indice composite n’a jamais si peu progressé depuis deux ans, en raison d’une modération du rythme des créations de postes dans les services. Dans le secteur manufacturier, les effectifs ont augmenté pour la première fois depuis octobre.

Le point sur la conjoncture française [ECO/FR]

Graphique: Les chiffres clés de l'économie tmsnrt.rs/2B7G9qP

Danielle Rouquié, édité par Marc Joanny

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below