January 28, 2019 / 5:33 PM / in 7 months

Des publications décevantes enfoncent les actions dans le rouge

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont creusé leurs pertes après des publications décevantes d’entreprises américaines exposées à la Chine lundi pour terminer franchement dans le rouge la première séance d’une semaine chargée sur tous les fronts sensibles pour les marchés financiers.

Les Bourses européennes ont creusé leurs pertes lundi. À Paris, le CAC 40 a perdu 0,76%. Le Footsie britannique a cédé 0,91% et le Dax allemand a abandonné 0,63%. /Photo prise le 28 janvier 2019/REUTERS

À Paris, le CAC 40 a perdu 0,76% à 4.888,58 points. Le Footsie britannique a cédé 0,91% et le Dax allemand a abandonné 0,63%.

L’indice EuroStoxx 50 a reculé de 0,82%, le FTSEurofirst 300 de 0,93% et le Stoxx 600 de 0,97%.

Les prévisions décevantes de Caterpillar et l’avertissement de Nvidia sur son chiffre d’affaires, en lien tous deux avec le ralentissement économique de la Chine, ont entraîné une ouverture en net repli à Wall Street et pesé sur les indices européens.

L’appétit des investisseurs pour les actifs risqués était déjà limité avant ces nouvelles, à l’entame d’une semaine très animée avec la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale, une nouvelle session de négociations commerciales à haut niveau entre les Etats-Unis et la Chine et de multiples publications de résultats de sociétés.

VALEURS

A l’exception de l’immobilier (+0,42%), tous les indices sectoriels européens ont fini dans le rouge avec des replis particulièrement marqués pour l’énergie (-1,9%), les banques (-1,64%) et la technologie (-1,5%), ce dernier secteur souffrant des annonces faites par Nvidia.

Atos (-3,6%), Dassault Systèmes (-2,6%) et Valeo (-2,4%) ferment la marche du CAC 40.

Contre la tendance, Getlink a pris 2,8%, la plus forte hausse du SBF 120, porté par de bons résultats et les espoirs d’avancées positives du côté du Brexit.

A WALL STREET

Caterpillar, considéré comme un baromètre du secteur industriel, a alourdi le climat en annonçant des prévisions de bénéfice pour 2019 nettement inférieures aux attentes en raison d’inquiétudes concernant la demande en provenance de Chine.

Le titre recule de 9,6% à Wall Street; parallèlement, Nvidia plonge de 14% après avoir abaissé sa prévision de chiffre d’affaires pour le quatrième trimestre de son exercice fiscal clos dimanche, en raison notamment de la dégradation du contexte économique, en particulier en Chine.

Les craintes entourant la Chine, très présentes sur les marchés, ont par ailleurs été alimentées lundi par l’annonce d’un nouveau repli des bénéfices des entreprises industrielles du pays sur fond de bras de fer douanier avec les Etats-Unis.

A l’heure de la clôture en Europe, les trois indices de référence de la Bourse de New York perdaient entre 1,4% et 1,6%.

CHANGES

Sur le front des devises, le dollar recule très légèrement face à un panier de devises de référence après avoir reculé sur des anticipations de prudence de la Fed sur la voie du resserrement monétaire.

La banque centrale américaine devrait redire jeudi qu’elle surveille attentivement les indicateurs et saura fera preuve de patience avant de relever de nouveau.

L’euro est remonté au-dessus de 1,1430 dollar. La monnaie unique a peu réagi aux propos du président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, qui a répété que l’incertitude ambiante pesait sur le climat économique dans la zone euro.

La livre sterling recule pour sa part de 0,36% face au dollar et de près de 0,6% face à l’euro à la veille d’un vote de la Chambre des communes sur une série d’amendements au projet de Brexit rejeté massivement le 15 janvier.

La devise britannique a grimpé de 2,5% face au billet vert la semaine dernière, sa plus forte hausse hebdomadaire en 15 mois, portée par des espoirs d’un Brexit négocié.

TAUX

Du côté de la dette souveraine, le rendement des Treasuries à dix ans recule en peu, autour de 2,74%.

En Europe, le rendement du Bund allemand a gagné pour sa part un peu de terrain pour repasser 0,2%.

PÉTROLE

Les cours du brut reculent fortement, pénalisés par des signes d’augmentation de la production des Etats-Unis ainsi que par les inquiétudes provoquées par le ralentissement économique de la Chine.

Le baril de Brent redescend vers 60 dollars (-2,5%) et celui du brut léger américain repasse sous les 52 dollars (-3,3%).

A SUIVRE MARDI

Aucune annonce n’est à attendre à l’issue de la première journée de la réunion monétaire de la Fed. Beaucoup de résultats trimestriels sont à l’agenda, à commencer par ceux d’Apple, après la clôture de Wall Street.

Édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below