January 24, 2019 / 11:55 AM / 8 months ago

Le taxi volant autonome de Boeing prend l'air

SEATTLE (Reuters) - Le prototype d’avion taxi autonome de Boeing a réussi son premier essai en vol, une étape importante pour le constructeur aéronautique américain qui ambitionne de révolutionner les transports urbains et la livraison de colis.

Le prototype d'avion taxi autonome de Boeing a réussi son premier essai en vol, une étape importante pour le constructeur aéronautique américain qui ambitionne de révolutionner les transports urbains et la livraison de colis /Photo prise le 22 janvier 2019/REUTERS/Boeing

Le groupe américain, tout comme son concurrent Airbus et de nombreuses autres entreprises, travaille à la fabrication de petits véhicules autonomes capables de décoller et d’atterrir verticalement.

Les investissements, justifiés par les avancées technologiques et des réseaux routiers congestionnés, pourraient changer le visage de l’industrie aérospatiale au cours de la prochaine décennie.

Au cours de ce vol effectué à Manassas, dans l’Etat de Virginie, le prototype de ce véhicule aérien autonome dédié au transport de passagers (Passenger Air Vehicle - PAV) a décollé, effectué un vol stationnaire et atterri sous contrôle, a indiqué Boeing dans un communiqué publié mercredi soir.

Conçu par Aurora Flight Sciences, une filiale de Boeing, l’appareil tient à la fois du drone et de l’hélicoptère et mesure 9,14 mètres de long sur 8,53 mètres de large.

Les prochains tests permettront d’expérimenter le vol vers l’avant porté par l’aile, ainsi que la transition entre le mode vertical et le mode de vol vers l’avant, a précisé le groupe américain. Il estime que cette transition représente le défi technologique le plus important pour tout projet d’avion à décollage et atterrissage verticaux volant à grande vitesse.

“C’est une véritable révolution, et ce, grâce à l’autonomie”, a déclaré John Langford, PDG d’Aurora Flight Sciences, cité dans le communiqué. “L’autonomie certifiable rendra possible une mobilité urbaine silencieuse, propre et sûre.”

Les principaux obstacles à cette mobilité à “faible stress”, selon les termes de Boeing, tiennent à des questions de sécurité et de réglementation.

Boeing a indiqué travailler notamment avec l’administration américaine de l’aviation civile (FAA) à la mise au point d’un système de gestion du trafic pour les autoroutes tridimensionnelles, ainsi que du cadre réglementaire qui permettra aux véhicules autonomes de circuler en toute sécurité autour des bâtiments.

Boeing cherche à atteindre une autonomie de 50 kilomètres avec deux versions de voiture volante pouvant transporter deux ou quatre passagers chacune. Des tests sont prévus dans le courant de l’année sur une version dédiée au transport de colis pouvant soulever jusqu’à 227 kilos.

De son côté, Airbus, grand concurrent de Boeing, a déjà effectué de nombreux vols d’essai de véhicules volants. La société Volocopter a, elle, testé des taxis-drones ressemblant à de petits hélicoptères, tandis qu’AeroMobil a proposé un concept de limousine allongée pouvant se transformer en avion à aile fixe.

Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below