January 15, 2019 / 7:46 AM / 5 months ago

La Chine promet plus de soutien face au ralentissement économique

PEKIN (Reuters) - La Chine se fixe pour objectif de “bien commencer” le premier trimestre 2019, a déclaré mardi l’agence en charge de la planification, laissant prévoir l’annonce prochaine de nouvelles mesures de soutien de la part du gouvernement en réponse au ralentissement de l’économie.

La Chine se fixe pour objectif de "bien commencer" le premier trimestre 2019, a déclaré mardi l'agence en charge de la planification, laissant prévoir l'annonce prochaine de nouvelles mesures de soutien de la part du gouvernement en réponse au ralentissement de l'économie. /Photo d'archives/REUTERS/Damir Sagolj

La Chine va renforcer la surveillance de la situation et améliorer la “réserve” de politiques économiques à sa disposition, a indiqué dans un communiqué la Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR).

La deuxième économie mondiale a vu sa croissance ralentir en 2018 sur fond d’ajustements structurels de long terme destinés à assurer la transition vers une trajectoire de croissance plus modérée mais aussi plus pérenne.

A court terme, l’économie pâtit des incertitudes provoquées par la guerre commerciale avec les Etats-Unis. En décembre, les exportations ont subi leur plus forte baisse en deux ans.

Le Premier ministre Li Keqiang a affirmé lundi que le pays avait atteint ses objectifs économiques 2018 et escomptait un bon démarrage au premier trimestre pour atteindre ceux de 2019, a rapporté la télévision d’Etat.

Des sources ont dit à Reuters la semaine dernière que Pékin allait ramener son objectif de croissance à 6,0-6,5% cette année contre 6,6% estimé en 2018, ce dernier chiffre étant le plus faible enregistré depuis 28 ans.

Ce nouvel objectif, qui sera dévoilé en mars lors de la session parlementaire annuelle, a été adopté par les dirigeants lors de la Conférence centrale sur le travail économique qui s’est tenue à huis clos en décembre, ont-elles précisé.

Une croissance annuelle d’environ 6,2% est nécessaire cette année et en 2020 pour atteindre l’objectif du Parti communiste d’un doublement du produit intérieur brut dans la décennie en cours, pour faire de la Chine une nation “modestement prospère”.

PAS DE PLAN DE SOUTIEN MASSIF

Pour la cinquième fois en l’espace d’un an, Pékin vient de réduire le niveau de réserves obligatoires des banques afin de les encourager à accorder des prêts, notamment aux petites et moyennes entreprises.

Le gouvernement a aussi réduit les impôts et diverses taxes tout en augmentant les investissements dans les infrastructures.

Cette politique doit être amplifiée en 2019 avec un accent spécial mis sur les PME et l’industrie, a fait savoir le ministère des Finances mardi.

La stabilisation de l’emploi est la principale priorité du gouvernement, a dit pour sa part le vice-président de la CNDR, Lian Weiliang, lors d’une conférence de presse.

La Chine va accélérer ses projets d’investissement et émissions d’emprunts via les collectivités locales mais sans recourir à un plan de soutien massif, a-t-il dit.

La banque centrale a aussi mis du sien en réaffirmant le maintien d’une politique monétaire prudente, ni trop restrictive ni trop souple, et la poursuite du renforcement des ajustements contracrycliques.

La politique monétaire sera davantage prospective, flexible et ciblée, a assuré la Banque populaire de Chine (BPC).

Une politique monétaire prudente ne signifie pas qu’il n’y aura pas de changements, a souligné le vice-gouverneur de la BPC Zhu Hexin lors de la conférence de presse.

Prié de dire si la BPC devrait réduire ses taux directeurs, Zhu Hexin a répondu que les mesures actuelles de politique monétaire devaient être améliorées.

Certains économistes jugent possible une baisse de taux mais la plupart pensent que Pékin s’abstiendra de recourir à un plan de soutien à grande échelle afin d’éviter d’alourdir l’endettement du pays et d’affaiblir le yuan.

“La politique budgétaire comme la politique monétaire ont été assouplies ces derniers mois et cela devrait commencer à produire des effets sur l’économie réelle d’ici le deuxième semestre de cette année”, écrivent les analystes de Capital Economics dans une note.

“Cependant, le niveau de soutien apporté à ce stade est bien plus limité qu’en 2015-2016, et l’effet sur l’activité économique devrait être proportionnellement plus réduit aussi.”

Les banques chinoises ont accordé pour 16.170 milliards de yuans (2,09 milliards d’euros) de nouveaux prêts l’an dernier, bien plus que le précédent record de 13.530 milliards établi en 2017, a annoncé la BPC dans son communiqué.

Les encours de prêts ont eux augmenté de 13,5% à fin 2018 sur un an, selon la banque centrale.

Kevin Yao, Véronique Tison pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below