January 7, 2019 / 11:55 AM / 7 months ago

Chute du marché automobile britannique en 2018 avant le Brexit

Les immatriculations de voitures neuves en Grande-Bretagne ont subi en 2018 leur baisse la plus marquée depuis la crise financière de 2008, sous le coup d'une chute de la demande pour des voitures diesel, de normes d'émissions plus strictes et d'une confiance du consommateur en berne du fait du Brexit. /Photo d'archives/REUTERS/Phil Noble

LONDRES (Reuters) - Les immatriculations de voitures neuves en Grande-Bretagne ont subi en 2018 leur baisse la plus marquée depuis la crise financière de 2008, sous le coup d’une chute de la demande pour des voitures diesel, de normes d’émissions plus strictes et d’une confiance du consommateur en berne du fait du Brexit.

Selon des données publiées lundi par la SMMT (Society of Motor Manufacturers and Traders), la fédération du secteur, le marché automobile britannique s’est contracté de 6,8% l’an dernier, à 2,37 millions de véhicules, soit le repli le plus prononcé depuis la baisse de 11,3% en 2008.

Le recul des ventes s’explique en premier lieu par une baisse de près de 30% de la demande pour les voitures diesel, toujours sous le coup du scandale des émissions de voitures de ce type, qui a éclaté chez Volkswagen en 2015.

La part du diesel dans les ventes de véhicules neufs est tombée à 32% en 2018 contre 42% en 2017 et 48% en 2016, une évolution qui suit celle observée ailleurs en Europe.

Selon la SMMT, qui estime qu’une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne sans accord ferait peser une menace sur les plus de 850.000 emplois dans le secteur automobile du pays, les ventes de voitures neuves pourraient encore reculer cette année.

“Il est difficile de voir un bon côté du Brexit”, a déclaré le directeur général de l’association, Mike Hawes.

“Chacun reconnaît que le Brexit fait peser une menace existentielle sur l’industrie automobile britannique et nous espérons qu’une solution pratique prévaudra”, a-t-il ajouté, appelant de ses voeux un vote du Parlement en faveur du projet d’accord négocié par la Première ministre Theresa May, qui prévoit une période de transition.

La crainte de droits de douane après le Brexit pourrait fausser le marché en gonflant les ventes sur les trois premiers mois de l’année, a encore noté Mike Hawes.

La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne sera effectif le 29 mars au soir.

Costas Pitas, Benoit Van Overstraeten et Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below