January 3, 2019 / 7:48 AM / 15 days ago

L'avertissement d'Apple, mauvais présage pour Wall Street

SAN FRANCISCO (Reuters) - L’avertissement lancé mercredi soir par Apple sur son chiffre d’affaires, justifié par la faiblesse des ventes d’iPhone sur les derniers mois de 2018, augure mal du début d’année de Wall Street après un mois de décembre chahuté.

L'avertissement lancé mercredi soir par Apple sur son chiffre d'affaires, justifié par la faiblesse des ventes d'iPhone sur les derniers mois de 2018, augure mal du début d'année de Wall Street après un mois de décembre chahuté. /Photo prise le 3 Janvier 2019/REUTERS/Aly Song

Le groupe à la pomme a annoncé après la clôture des marchés américains avoir revu à la baisse sa prévision de ventes pour le trimestre octobre-décembre en raison du ralentissement des ventes de son produit vedette, notamment en Chine.

Le titre Apple perdait 8% dans les transactions hors séance et les contrats à terme sur l’indice Standard & Poor’s 500 s’affichaient jeudi matin en baisse de plus de 1,3%.

“Les gens s’attendaient à un rally de janvier pour commencer l’année. Apple met une sourdine à tout ça”, a commenté Daniel Morgan, gérant senior de Synovus Trust. “Cela nourrit les craintes que les estimations pour le trimestre soient trop élevées.”

En prenant en compte sa chute hors séance mercredi, la capitalisation boursière d’Apple est repassée sous la barre des 700 milliards de dollars (615 milliards d’euros), contre plus de 1.100 milliards en octobre.

Même s’il pèse désormais moins qu’Amazon et Microsoft, le groupe reste l’un des poids lourds de Wall Street et sa chute risque fort d’affecter le sentiment général des investisseurs.

La nouvelle prévision de chiffre d’affaires trimestriel, à 84 milliards de dollars, est inférieure de près de 12% à l’estimation moyenne des analystes.

LA VALORISATION DU S&P-500 REMISE EN CAUSE ?

L’indice large américain Standard & Poor’s 500, qui vient de vivre son pire mois de décembre depuis 1931 avec une chute de 9,18%, est désormais valorisé environ 14 fois les bénéfices attendus, contre 18 fois il y a un an.

Ce repli du multiple cours/bénéfice constitue l’un des principaux arguments des tenants d’un rebond de Wall Street, qui jugent le marché boursier sous-évalué après la correction des derniers mois. Mais l’avertissement d’Apple pourrait remettre en cause leur thèse s’il était le premier d’une longue série.

“Après une vague de révisions à la baisse dans la chaîne d’approvisionnement de l’iPhone en novembre, l’annonce d’Apple n’est pas une grosse surprise”, écrivent les analystes de Morgan Stanley dans une note publiée jeudi.

“Mais son ampleur renforce la probabilité d’une nouvelle vague de révisions à la baisse pour le trimestre débutant en mars et aliment le sentiment général négatif”, ajoute la banque.

Les analystes financiers tablent pour l’instant sur une croissance de près de 7% des profits des entreprises du S&P-500 cette année, ce qui traduirait un net ralentissement après le bond de 24% des bénéfices par action (BPA) attendu pour 2018 selon les dernières estimations d’IBES-Refinitiv.

Début octobre, la croissance des bénéfices attendue pour 2019 atteignait 10%.

Pour le seul secteur des hautes technologies, la progression des profits devrait être revenue à 12% au quatrième trimestre après +29% au troisième avant de chuter à 2% seulement sur les trois premiers mois de 2019, toujours selon les dernières estimations d’IBES.

Noel Randewich et April Joyner, Marc Angrand pour le service français, édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below