December 21, 2018 / 1:53 PM / a month ago

USA: La croissance du troisième trimestre revue en légère baisse

WASHINGTON (Reuters) - L’économie américaine a ralenti légèrement plus qu’estimé initialement au troisième trimestre et son élan semble s’être affaibli un peu plus au quatrième trimestre, comme l’illustre le recul des commandes et des livraisons de biens durables le mois dernier.

L'économie américaine a ralenti légèrement plus qu'estimé initialement au troisième trimestre et son élan semble s'être affaibli un peu plus au quatrième trimestre, comme l'illustre le recul des commandes et des livraisons de biens durables le mois dernier. /Photo d'archives/REUTERS/Beawiharta

Le rythme de croissance demeure toutefois suffisamment soutenu pour maintenir l’économie sur une trajectoire compatible avec l’objectif de l’administration Trump d’une progression du produit intérieur brut (PIB) de 3% cette année.

Le PIB a progressé de 3,4% en rythme annualisé sur la période juillet-septembre selon les chiffres révisés du département du Commerce publiés vendredi.

Ce chiffre est légèrement inférieur à l’estimation d’octobre, qui était de 3,5%, mais demeure nettement supérieur à la croissance potentielle de l’économie américaine, évaluée à 2% environ.

La révision du PIB du troisième trimestre porte entre autres sur la consommation des ménages (revue à +3,5% contre +3,6%) et les exportations, également réévaluées à la baisse (à -4,9% contre -4,4%). En revanche, l’accumulation des stocks a été bien plus marquée qu’estimé auparavant.

Les dépenses d’investissement des entreprises en équipements et en locaux non-résidentiels ont été revues en légère baisse, tout comme l’investissement résidentiel.

Sur le trimestre avril-juin, la croissance américaine avait atteint 4,2% en rythme annualisé.

Ce rythme soutenu s’explique entre autres par l’impact de la réforme fiscale de l’administration Trump, dont le montant global est estimé à 1.500 milliards de dollars (1.300 milliards d’euros) et qui a dopé la consommation des ménages.

La Réserve fédérale a relevé ses taux directeurs mercredi pour la quatrième fois cette année tout en prévoyant moins de hausses de taux l’année prochaine et en signalant que son cycle de resserrement monétaire touche à sa fin dans un contexte de volatilité sur les marchés financiers et de ralentissement de l’économie mondiale.

La banque centrale américaine a aussi abaissé ses prévisions de croissance pour 2019.

Les marchés financiers américains ont peu réagi à la publication des données révisées sur la croissance du troisième trimestre, les investisseurs se focalisant sur les développements politiques à Washington.

Donald Trump a brandi la menace d’un “très long” blocage de l’administration fédérale (“shutdown”) si les sénateurs n’approuvent pas d’ici minuit le texte adopté la veille par la Chambre des représentants intégrant au budget fédéral les cinq milliards de dollars réclamés par le président pour construire un mur à la frontière avec le Mexique.

RALENTISSEMENT DE L’ACTIVITÉ

En dépit du soutien budgétaire massif, l’économie américaine donne des signes de ralentissement au quatrième trimestre.

Le département du Commerce a ainsi fait état vendredi d’un recul de 0,6% des commandes des biens durables hors défense et aéronautique, dites “core”, en novembre, tandis que leur variation pour le mois d’octobre a été révisée en hausse à +0,5% (une première estimation les avait données inchangées).

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 0,2% de ces commandes de biens durables “core” en novembre. Sur un an, cet indicateur affiche une progression de 6,5%.

Les livraisons de biens d’équipement hors défense et aéronautique ont quant à elles reculé de 0,1% le mois dernier après une progression revue en hausse à 0,8% en octobre.

Ces dépenses ont calé au troisième trimestre, ce qui a nourri chez certains observateurs les inquiétudes sur la pérennité de l’expansion économique en cours aux Etats-Unis, après plus de huit ans de croissance ininterrompue.

La chute des cours du pétrole pourrait continuer à peser sur les dépenses d’investissement en équipement, notamment dans le forage.

La croissance attendue au quatrième trimestre ressort à 2,9% en rythme annualisé et son ralentissement devrait se poursuivre en 2019 avec l’atténuation de l’impact de la relance budgétaire et les conséquences sur la production manufacturière de la vigueur du dollar et des tensions commerciales entre Pékin et Washington qui pénalisent les exportations.

Les bénéfices des entreprises au troisième trimestre ont été revus en hausse, leur progression atteignant désormais 3,5% contre 3,3% estimé auparavant, après +2,1% au deuxième trimestre.

Les stocks ont augmenté de 89,8 milliards de dollars contre une hausse de 86,6 milliards de dollars dans la précédente estimation de la croissance au troisième trimestre, le mois dernier. Leur contribution à la croissance ressort ainsi à 2,33 points de PIB contre 2,27 points selon l’estimation du mois dernier, soit au plus haut depuis le quatrième trimestre 2011.

Marc Angrand et Marc Joanny pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below