December 20, 2018 / 12:42 PM / 7 months ago

L'incertitude liée au Brexit grandit, l'inflation sous l'objectif

par Andy Bruce et William Schomberg

Les incertitudes liées au Brexit se sont "considérablement amplifiées" depuis un mois et la baisse des cours pétroliers conduira sans doute l'inflation sous l'objectif de 2% prochainement, a déclaré jeudi la Banque d'Angleterre (BoE). /Photo prise le 17 décembre 2018/REUTERS/Toby Melville

LONDRES (Reuters) - Les incertitudes liées au Brexit se sont “considérablement amplifiées” depuis un mois et la baisse des cours pétroliers conduira sans doute l’inflation sous l’objectif de 2% prochainement, a déclaré jeudi la Banque d’Angleterre (BoE), qui a maintenu son taux directeur à 0,75%.

Ce statu quo a été décidé à l’unanimité des membres du comité de politique monétaire, comme prévu.

La banque centrale a légèrement abaissé sa prévision de croissance pour le quatrième trimestre 2018, à 0,2% d’un trimestre sur l’autre, contre 0,3% précédemment, en raison du Brexit et du ralentissement de l’économie mondiale. Elle estime que la tendance du premier trimestre 2019 sera sans doute similaire.

“Les incertitudes liées au Brexit se sont considérablement amplifiées depuis la dernière réunion du comité”, lit-on dans un résumé de la réunion de décembre.

“Ces incertitudes pèsent sur les marchés financiers britanniques”, ajoute la BoE, prenant acte de la baisse récente du sterling et de la Bourse et de l’intensification de la volatilité.

A 100 jours de la rupture avec l’Union européenne, programmée le 29 mars, la Première ministre britannique Theresa May a promis mercredi de faire le point à la Chambre des Communes sur les “réassurances” qu’elle cherche à obtenir de Bruxelles après la reprise des travaux parlementaires, le 7 janvier, tandis que la Commission européenne accélère les préparatifs d’une sortie sans accord.

James Smith, économiste d’ING Bank, observe que le langage de la BoE s’est fait plus prudent même si elle confirme qu’elle reste prête à poursuivre la hausse des taux si la Grande-Bretagne peut s’épargner une sortie brutale de l’Union européenne (UE).

“Globalement, le message n’a pas vraiment varié: elle préfère resserrer dès que possible sans attendre mais le Brexit pour l’instant l’en empêche”.

0,3 POINT DE CROISSANCE

Les emprunts d’Etat britanniques ont légèrement monté à la suite de la décision de la BoE, tandis que la livre a fléchi contre le dollar.

La BoE estime que le recul de l’inflation en dessous de 2% - elle anticipe une inflation de l’ordre de 1,75% en janvier et qui resterait inférieure à l’objectif dans les mois qui viennent - pourrait être en soi un élément de soutien de la demande.

Un autre stimulant économique est constitué par les mesures budgétaires annoncées par le ministre des Finances Philip Hammond en octobre, poursuit la banque centrale, susceptibles d’apporter autour de 0,3 point de croissance dans les années à venir.

La plupart des économistes interrogés par Reuters pensent que la BoE ne relèvera pas ses taux tant que le Brexit ne sera pas consommé, en principe en mars 2019.

L’institut d’émission a réaffirmé que les taux d’intérêt pourraient évoluer aussi bien à la hausse qu’à la baisse, suivant la manière dont le Brexit se déroulera.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below