November 29, 2018 / 12:24 PM / 14 days ago

La BCE avertit d'un risque de contagion de l'Italie

FRANCFORT (Reuters) - Les tensions croissantes sur le marché obligataire italien pourraient affecter d’autres pays endettés de la zone euro et provoquer une hausse désordonnée des coûts d’emprunts, a prévenu jeudi la Banque centrale européenne (BCE).

Les tensions croissantes sur le marché obligataire italien pourraient affecter d'autres pays endettés de la zone euro et provoquer une hausse désordonnée des coûts d'emprunts, a prévenu jeudi la BCE. /Photo d'archives/REUTERS/Tony Gentile

Dans sa rapport sur la stabilité financière, qui énumère une longue liste de risques, la BCE évoque entre autres le déficit budgétaire élevé de l’Italie, la fin éventuelle du cycle de croissance des Etats-Unis et les signes de valorisation excessive du marché immobilier de la zone euro.

“Les craintes sur la soutenabilité de la dette souveraine ont ressurgi”, a indiqué la BCE. “Les pressions sur les coûts de financement des Etats, auxquelles s’ajoute l’insuffisance des efforts de consolidation budgétaire, pourraient porter le ratio d’endettement sur une trajectoire insoutenable dans les pays les plus endettés”.

Le projet de budget de l’Italie pour 2019, qui prévoit un accroissement des dépenses publiques à l’encontre des règles de l’Union européenne, a provoqué une envolée des rendements des emprunts du pays, fragilisant une économie déjà confrontée à une dette élevée et à un ralentissement de l’activité.

“Les tensions croissantes sur le marché pourraient se propager à d’autres marchés obligataires souverains en cas de renforcement du stress italien”, a indiqué la BCE.

Alors qu’elle estimait depuis longtemps que les prix du marché immobilier ne sont pas excessifs, la banque centrale a aussi prévenu jeudi qu’il existait désormais de “faibles signaux” d’une surévaluation, avec des écarts de prix importants entre les différents pays de la zone euro.

“Les principaux facteurs qui pourraient provoquer une hausse désordonnée des primes de risque sont liés à des éléments à la fois domestiques et externes”, écrit la BCE dans son rapport de stabilité.

“Cela inclut les réactions de marchés chaotiques à l’incertitude politique en zone euro, un stress accru sur les marchés émergents avec des effets indirects sur les économies développées et un retournement brutal des perspectives macroéconomiques et financières aux Etats-Unis”.

L’accroissement du déficit budgétaire américain pourrait déclencher des turbulences sur les marchés émergents, qui ont accumulé une importante dette libellée en dollars et font face par conséquent à une risque de crédit “très élevé”, a souligné la BCE.

“Une normalisation plus rapide que prévu de la politique monétaire des Etats-Unis et une appréciation significative du dollar pourraient provoquer une hausse rapide et généralisée des primes de risque sur les actifs financiers des marchés émergents”.

Balazs Koranyi, Blandine Hénault pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below