November 27, 2018 / 9:26 AM / in 21 days

Les Bourses européennes prudentes, nervosité sur le commerce

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent sans grand changement mardi dans la matinée, la question du commerce international ayant repris le dessus sur les marchés après les déclarations de Donald Trump qui doit rencontrer en fin de semaine le président chinois Xi Jinping.

Les principales Bourses européennes évoluent sans grand changement mardi dans la matinée. À Paris, l'indice CAC 40 recule de 0,08% après près d'une heure d'échanges. À Francfort, le Dax abandonne 0,02% et à Londres, le FTSE cède 0,15%. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

À Paris, l’indice CAC 40 recule de 0,08% à 4.991,02 points après près d’une heure d’échanges. À Francfort, le Dax abandonne 0,02% et à Londres, le FTSE cède 0,15%.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro grappille 0,07%, mais le FTSEurofirst 300 se replie de 0,11% et le Stoxx 600 cède 0,12%.

Le président américain a déclaré lundi qu’il prévoyait toujours de relever les droits de douane sur 200 milliards de dollars (176 milliards d’euros) de produits importés de Chine aux Etats-Unis, à 25% contre 10% aujourd’hui.

Dans un entretien au Wall Street Journal, il a jugé “hautement improbable” la possibilité qu’il accède à la demande chinoise de reporter cette mesure.

Donald Trump, qui rencontrera Xi Jinping en fin de semaine lors du sommet du G20 à Buenos Aires, a ajouté qu’en cas d’échec des négociations avec Pékin, il taxerait également le reste des produits chinois importés sur le sol américain, évalués à 267 milliards de dollars.

Ces déclarations ont douché les espoirs d’un accord prochain sur le commerce, contribuant à la baisse des contrats à terme sur les indices américains et au repli des Bourses européennes.

Les investisseurs ont brièvement réagi, juste avant l’ouverture en Europe, à des informations de la presse chinoise faisant état d’une entente entre Donald Trump et Xi Jinping pour parvenir à un accord commercial mutuellement bénéfique.

Les futures sur les indices américains et européens se sont retournés à la hausse sur cette information avant de rapidement retourner en territoire négatif, signe de l’extrême nervosité des opérateurs de marché sur ce sujet.

“La rencontre à venir entre Trump et Xi est cruciale pour la fin d’année et pour les perspectives de croissance mondiale, qui a montré des signes de ralentissement”, indique Lee Hardman, analyste sur les changes chez MUFG.

VALEURS

Le compartiment automobile (-0,53%), très sensible au dossier du commerce international, accuse une des plus fortes baisses en Europe avec le secteur des ressources de base (-1,02%).

A Paris, Valeo chute de 3,54%, suivi non loin par Faurecia (-1,73%), Michelin (-1,18%), Renault (-0,86%) et Peugeot (-0,54%).

Le plongeon du jour est pour Thomas Cook (-26,82%) qui a lancé un nouvel avertissement sur résultats. Il entraîne dans son sillage son concurrent TUI (-4,04%), une des plus fortes baisses du Stoxx 600.

EN ASIE

Les Bourses chinoises ont terminé en légère baisse avec les craintes sur le commerce. L’indice CSI 300 des grandes capitalisations a perdu 0,13%.

De son côté, la Bourse de Tokyo a clôturé en hausse de 0,64%, dans le sillage de la nette progression de Wall Street la veille, même si les inquiétudes autour du différend commercial sino-américain ont freiné la tendance.

A WALL STREET

La Bourse de New York a nettement rebondi lundi, un mouvement général d’achat à bon compte après la forte baisse de la semaine dernière ayant profité en particulier de la perspective de dépenses de fin d’année en hausse et de la remontée des cours du pétrole.

L’indice Dow Jones a gagné 1,46%, le S&P-500 a pris 1,55% et le Nasdaq Composite a progressé de 2,06%, soit leur meilleure performance depuis le 7 novembre.

Le secteur de la distribution a profité du début prometteur de la saison des achats de fin d’année et gagné 3,06%.

Les contrats à terme sur les indices américains sont toutefois orientés en baisse mardi, de 0,2% à 0,4%, après les déclarations de Donald Trump sur le commerce. Apple pourrait notamment peser : le titre du géant de l’électronique grand public a cédé près de 2% dans les transactions hors séance lundi soir, le président américain ayant évoqué une possible taxation à 10% des iPhone assemblés en Chine.

TAUX

Le rendement des Treasuries à dix ans repart à la baisse avec le regain de doutes sur les marchés actions. Il retombe à 3,05%, proche de ses plus bas mensuels.

La tendance est similaire sur le rendement du Bund allemand de même échéance, référence pour la zone euro, qui revient sous 0,34%.

Le “spread” (écart de rendement) entre les obligations d’Etat à dix ans italiennes et allemandes est stable, autour de 290 points de base, après les signes d’apaisement dans les négociations entre Rome et Bruxelles sur le déficit budgétaire italien.

CHANGES

Le dollar évolue en hausse face à un panier de devises de référence, pour revenir à un sommet de deux semaines, conforté par le retour des investisseurs vers les actifs refuges avec les doutes sur le commerce.

La progression du billet vert est toutefois limitée par les interrogations sur le rythme du resserrement monétaire de la Réserve fédérale. Les cambistes suivront avec attention le discours du président de la Fed, Jerome Powell, mercredi à New York et la publication le lendemain du compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la banque centrale.

Le vice-président de la Fed, Richard Clarida, s’exprimera mardi à 13h30 GMT lors d’une conférence à New York.

De son côté, l’euro reste sous pression face au dollar, après avoir souffert lundi des déclarations du président de la Banque centrale européenne Mario Draghi qui a reconnu que la croissance dans la zone euro avait ralenti.

La livre sterling s’enfonce plus nettement face au billet vert (-0,7%), pénalisée par les propos de Donad Trump qui a indiqué lundi que l’accord permettant la sortie de l’Union européenne du Royaume-Uni pourrait rendre plus compliquées les négociations commerciales entre Washington et Londres.

PÉTROLE

Les cours du brut évoluent en nette baisse mardi au lendemain d’un rebond de 3% qui a suivi le plongeon des prix en fin de semaine dernière. Les traders optent pour la prudence avant le sommet du G20 et la réunion de l’Opep du 6 décembre alors que la production de l’Arabie Saoudite a atteint un niveau record en novembre.

Le baril de Brent se traite sous la barre des 60 dollars et le baril de brut léger américain (WTI) cote à moins de 51 dollars.

Avec Dhara Ranasinghe, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below