November 21, 2018 / 1:30 PM / 23 days ago

Wall Street attendue en hausse avant Thanksgiving, détente sur les rendements italiens

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en hausse mercredi après deux jours de net repli tandis que les Bourses européennes poursuivent leur rebond à mi-séance, valeurs technologiques en tête, tandis que la décision sans surprise de la Commission européenne de recommander des sanctions contre l’Italie, dont elle a rejeté le budget, favorise paradoxalement un repli des rendements des emprunts d’Etat émis par Rome.

Les Bourses européennes poursuivent leur rebond à mi-séance. À Paris, le CAC 40 gagne 0,66% vers 13h10 GMT. À Francfort, le Dax prend 1,1% et à Londres, le FTSE avance de 1,05%. /Photo d'archives/REUTERS/Toby Melville

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,6% pour le Dow, de 0,8% pour le S&P et de 1,2% pour le Nasdaq.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,66% à 4 957,16 vers 13h10 GMT. À Francfort, le Dax prend 1,1% et à Londres, le FTSE avance de 1,05%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 gagne 0,67%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro 0,88% et le Stoxx 600 0,77%.

La Bourse de Milan avance de 1,04% après que la Commission européenne a recommandé l’ouverture d’une procédure pour déficit excessif visant l’Italie, jugeant que le projet de budget de Role ne respectait pas les règles en vigueur dans la zone euro.

Matteo Salvini, vice-président du Conseil italien, a réaffirmé qu’il n’entendait pas modifier le budget, mais le président du Conseil, Giuseppe Conte, s’est dit préoccupé par l’évolution de l’écart de rendement (“spread”) entre les emprunts d’Etat italiens et allemands, ajoutant que le gouvernement y répondrait par des réformes.

CHANGES

Les propos de Giuseppe Conte ont permis à l’euro de toucher un plus haut du jour à 1,1419 dollar, avant de revenir à 1,1410.

Les tractations sur le Brexit freinent la monnaie unique européenne; la Première ministre britannique, Theresa May, était attendue à Bruxelles dans la journée pour des discussions avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, sur la déclaration politique qui doit accompagner l’accord de retrait et fixer le cadre des futures relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

Le dollar cède 0,25% face à un panier de devises de référence, le rebond des actions le privant d’une partie de son attrait de valeur refuge.

TAUX

Le rendement des BTP, les obligations d’Etat italiennes, à 10 ans est tombé à jusqu’à 3,481%, en baisse de plus de dix points de base, après les annonces de Bruxelles sur le budget et les réactions à Rome.

Le rendement à dix ans allemand prend autour de deux points de base à 0,369%.

Le taux des Treasuries à 10 ans a lui repassé le seuil de 3,08% après être tombé mardi en séance à 3,036%, son plus bas niveau depuis le 28 septembre. La tendance pourrait évoluer avec un agenda américain chargé en matière d’indicateurs économiques, avec notamment les commandes de biens durables et les inscriptions aux chômage à 13h30 GMT.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Les valeurs technologiques seront en ligne de mire après le revers du secteur la veille dans un climat général dominé par l’aversion au risque.

Dans les échanges en avant-Bourse, les titres Apple, Amazon, Netflix et Alphabet prennent entre 0,9% et 1,5%.

VALEURS EN EUROPE

Aux valeurs en Europe, Renault reprend 1,39% après avoir confié mardi soir les rênes du groupe à un tandem composé de l’administrateur référent Philippe Lagayette, qui assurera la présidence du conseil d’administration, et du directeur général adjoint Thierry Bolloré, promu directeur général délégué.

La France et le Japon ont réaffirmé mercredi leur soutien à l’alliance entre Renault et Nissan au surlendemain de l’arrestation de Carlos Ghosn.

Les banques, qui avaient également souffert en début de semaine, regagnent 1,5%.

A noter encore, le rebond des valeurs pétrolières (1,23%), des ressources de base (1,17%) et technologiques (+1,34%), très chahutées ces derniers jours. A Paris, STMicroelectronics prend 4,01%, la plus forte hausse du CAC 40.

PÉTROLE

Au lendemain d’une chute importante provoquée par des craintes de ralentissement de la demande mondiale, le brut léger américain est reparti à la hausse pour repasser le seuil de 54 dollars le baril et le Brent est remonté à 63,70 dollars, un rebond favorisé par les statistiques de l’Institut amércain du pétrole (API), qui ont montré mardi soir une baisse inattendue des réserves de brut aux Etats-Unis.

Les chiffres hebdomadaires de l’Energy Information Administration (EIA) américaine sont attendus à 15h30 GMT.

Édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below