November 20, 2018 / 8:28 AM / 20 days ago

Ghosn: Le Maire veut une gouvernance intérimaire pour Renault

Bruno Le Maire a estimé mardi que Carlos Ghosn, arrêté lundi au Japon, n'était pas en état de diriger Renault et a demandé la mise en place d'une gouvernance intérimaire pour le constructeur automobile français. /Photo prise le 8 novembre 2018/REUTERS/Etienne Laurent

PARIS (Reuters) - Bruno Le Maire a estimé mardi que Carlos Ghosn, arrêté lundi au Japon, n’était pas en état de diriger Renault et a demandé la mise en place d’une gouvernance intérimaire pour le constructeur automobile français.

Carlos Ghosn “n’est de fait plus en état de diriger le groupe”, a déclaré le ministre français de l’Economie et des Finances sur franceinfo.

“En revanche, nous n’avons pas demandé le départ formel de M. Ghosn du conseil d’administration pour une raison qui est simple, nous n’avons pas de preuve et nous sommes dans un Etat de droit”, a-t-il ajouté.

“Il faut une gouvernance intérimaire (...) puisqu’aujourd’hui M. Ghosn est empêché de diriger l’entreprise”, a dit Bruno Le Maire en précisant qu’il recevrait dans la matinée les représentants de l’Etat au conseil d’administration du groupe.

Le ministre français, qui a réaffirmé sa volonté de préserver et de consolider l’alliance entre Renault et Nissan - une association selon lui bénéfique aux deux constructeurs et aux deux pays - doit également contacter son homologue nippon.

Nissan a annoncé lundi qu’il comptait écarter Carlos Ghosn de la présidence de son conseil d’administration en l’accusant de fraude financière.

Myriam Rivet et Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below