November 16, 2018 / 1:13 PM / a month ago

Wall Street attendue en baisse, les "tech" pèsent

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue dans le rouge à l’ouverture tandis que les Bourses européennes sont reparties à la baisse vendredi à mi-séance, la fébrilité reprenant le dessus avec le recul des valeurs technologiques dans le sillage de la publication jugée décevante de Nvidia et les difficultés politiques de Theresa May sur le Brexit.

Les Bourses européennes sont reparties à la baisse vendredi à mi-séance. À Paris, le CAC 40 perd 0,54% vers 12h50 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,42% et à Londres, le FTSE recule de 0,65%. /Photo d'archives/REUTERS/Lisi Niesner

Les investisseurs européens restent attentifs à l’agitation autour du Brexit. L’accord sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne négocié par Theresa May a provoqué jeudi une crise politique à Londres, avec la démission de plusieurs ministres et le déclenchement par les députés conservateurs eurosceptiques d’une procédure visant à obtenir un vote de défiance.

Cette procédure devrait probablement aboutir, rapportent vendredi plusieurs médias britanniques. Il faut pour cela qu’au moins 48 élus conservateurs déposent une lettre réclamant la tenue d’un tel vote de défiance.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,6% pour le Dow Jones, de 0,7% pour le S&P et de 1,3% pour le Nasdaq, ce dernier étant pénalisé par les prévisions inférieures aux attentes de Nvidia.

À Paris, le CAC 40 perd 0,54% à 5.006,52 vers 12h50 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,42% et à Londres, le FTSE recule de 0,65%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 perd 0,34%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro abandonne 0,56% et le Stoxx 600 0,41%.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Autre dossier préoccupant aux yeux de nombreux investisseurs, les résultats trimestriels et les prévisions pour le trimestre en cours inférieurs aux attentes du concepteur de puces Nvidia, qui chute de 17% en avant-Bourse.

Applied Materials, l’équipementier pour la fabrication de semi-conducteurs, a également fait état de prévisions trimestrielles décevantes, ce qui entraîne une baisse du titre de 7,5% dans les échanges avant-Bourse.

Dans son sillage, Micron Technology cède environ 4,2%, et Advanced Micro Devices 5,3%.

Dans ce contexte, le secteur technologique américain, récemment fragilisé par les perspectives décevantes des fournisseurs d’Apple, sera de nouveau très surveillé à l’ouverture de Wall Street.

VALEURS EN EUROPE

En Europe, le compartiment technologique affiche la plus forte baisse sectorielle avec un repli de 0,83%. Les fabricants de semi-conducteurs comme STMicroelectronics et AMS perdent respectivement 1,5% et 2,97%.

Vallourec chute de 22,82%, s’acheminant vers sa plus forte baisse historique en une séance, au lendemain de la publication de ses résultats trimestriels, la déception provoquée par sa consommation de trésorerie éclipsant l’amélioration des résultats opérationnels.

En tête du CAC 40, le titre Vivendi gagne 4,09% après avoir fait état de résultats trimestriels supérieurs aux attentes du marché.

Il est suivi de près par Bolloré (+3,06%), principal actionnaire de Vivendi, qui a affiché de son côté une croissance organique de son chiffre d’affaires de 10% au troisième trimestre.

TAUX

Les rendements en zone euro ont momentanément accéléré leur progression après les déclarations de Mario Draghi. Le président de la BCE a annoncé avoir toujours l’intention d’arrêter son programme de rachat d’obligations à la fin de l’année tout en indiquant que la remontée de l’inflation pourrait être plus lente que prévu jusqu’à présent.

Le rendement du Bund à 10 ans est monté à 0,376% avant de redescendre à 0,365%.

Le 10 ans américain est, de son coté, inchangé à 3,1048%.

CHANGES

L’euro, quasi stable autour de 1,1337 dollar, n’a ni réagi à l’annonce d’une accélération de l’inflation dans la zone euro conforme à la première estimation d’Eurostat, ni aux déclarations de Mario Draghi.

La monnaie unique européenne reste par ailleurs sont pression avec la crise politique sur le Brexit et en Italie.

Le sterling reprend 0,3% face au dollar et à l’euro, au lendemain d’une baisse importante attisée par la démission du ministre du Brexit qui illustre les fractures au sein du gouvernement britannique.

Cinq ministres eurosceptiques du gouvernement britannique ont toutefois décidé de rester au sein du cabinet dirigé par Theresa May malgré la tempête politique déclenchée par l’accord sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, rapporte la presse britannique vendredi.

Le dollar grappille 0,03% face à un panier de devises de référence.

PÉTROLE

Les cours du pétrole sont en hausse, les investisseurs espérant désormais qu’une baisse de production soit décidée par l’Opep et ses alliés lors de leur réunion du 6 décembre.

Le baril de brut léger américain revient à 57,23 dollars, et le Brent regagne 1,55% à 67,65 dollars après être tombé à 64,61 en début de semaine.

Édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below