November 15, 2018 / 10:16 AM / a month ago

Les tensions sur le Brexit pèsent en Europe, le sterling chute

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en baisse jeudi à l’exception du Footsie, pénalisées par le retour de l’aversion au risque avec les difficultés de Theresa May concernant le projet d’accord sur le Brexit, ce qui relègue au second plan un signal encourageant sur le front commercial.

Les principales Bourses européennes évoluent en baisse jeudi à l'exception du Footsie. À Paris, l'indice CAC 40 perd 0,52% vers 10h00 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,15% tandis qu'à Londres, le FTSE gagne 0,13%, soutenu par la baisse de la livre sterling. /Photo prise le 6 août 2018/REUTERS/Régis Duvignau

Les Etats-Unis et la Chine ont en effet repris leurs négociations de haut niveau sur le commerce, a confirmé jeudi le porte-parole du ministère chinois du Commerce, sans donner plus de précisions.

À Paris, l’indice CAC 40 perd 0,52% à 5.042,57 points vers 10h00 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,15% tandis qu’à Londres, le FTSE gagne 0,13%, soutenu par la baisse de la livre sterling.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro perd 0,32%, le FTSEurofirst 300 cède 0,51% et le Stoxx 600 recule de 0,55%.

Le marché est surtout absorbé par les développements sur le Brexit avec les difficultés que rencontre actuellement la Première ministre britannique Theresa May à faire consensus dans son pays sur le projet d’accord trouvé avec l’Union européenne. La démission du ministre britannique chargé du Brexit, Dominique Raab, illustre les protestations au sein même du cabinet de Theresa May contre le projet d’accord.

CHANGES

Le sterling s’est retourné à la baisse face au dollar après l’annonce de la démission de Dominique Raab et celle, par le parti unioniste nord-irlandais DUP, d’un vote “assurément” contre le projet d’accord de Brexit trouvé avec l’Union européenne.

La devise britannique perd 1,65% à 1,2777 dollar, sa plus forte baisse en séance depuis juin 2017, et recule de 1,38% face à l’euro.

La devise unique gagne 0,26% à 1,1279 dollar, la hausse de la devise européenne étant limitée par les interrogations persistantes sur le projet de budget italien et le Brexit.

De son côté, le dollar prend 0,46% face à un panier de devises de référence mais la tendance pourrait évoluer avec la publication de plusieurs statistiques, à 13h30 GMT, dont les inscriptions au chômage et les ventes au détail aux Etats-Unis.

“L’accent sera mis sur les chiffres des ventes au détail, qui donneront une idée de l’évolution de la consommation privée, principale composante de la croissance économique”, commente Junichi Ishikawa, responsable de la stratégie changes chez IG Securities.

TAUX

Les difficultés de Theresa May en sein de sa majorité favorise un repli sur les actifs moins risqués. Sur le marché des emprunts d’Etat, le rendement du Gilt à 10 ans recule à 1,377%, un plus bas de deux semaines, perdant près de 10 points de base.

Le rendement britannique à cinq ans tombe à 0,922%, s’acheminant vers sa plus forte baisse en séance depuis août 2016.

Le 10 ans allemand abandonne plus de quatre points de base à 0,353%. Le rendement des Treasuries à 10 ans recule à 3,0939%.

VALEURS

En Bourse, pratiquement tous les secteurs européens sont en baisse.

Le secteur automobile, qui aurait pu profiter de l’accalmie sur le front commercial, abandonne 2,19%, lesté par un abaissement de recommandation à “vendre” de Citigroup sur le constructeur allemand Daimler (-3,14%).

Le fabricant autrichien de semi-conducteurs AMS a abaissé de 15% sa prévision de chiffre d’affaires pour le trimestre en cours, évoquant une modification de la demande d’un important client. Cette annonce a entraîné à l’ouverture une baisse de 10,5% pour le fournisseur d’Apple. Le titre est depuis repassé dans le vert (+4,38%).

A Paris, le titre Bouygues signe l’une des plus fortes progressions du CAC 40 (+0,5%) après avoir publié des résultats sur neuf mois supérieurs aux attentes et dit que son activité télécoms n’était pas à vendre.

EN ASIE

La perspective de désescalade des tensions entre la Chine et les Etats-Unis sur le commerce a profité à la Bourse de Shanghai qui fini en hausse de 1,4% mais pas au marché actions japonais (-0,2% pour le Nikkei), pénalisé par la baisse des valeurs bancaires après des prévisions annuelles décevantes et le repli du secteur financier américain mercredi à Wall Street.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en baisse entre 0,8% et 0,9% mercredi, pénalisée par le recul des valeurs financières face à la volonté affichée de la nouvelle majorité démocrate de la Chambre des représentants de durcir la réglementation bancaire. L’indice S&P des valeurs financières a cédé 1,38%. [.NFR]

Autre source d’inquiétude à Wall Street, le repli de 2,38% du géant Apple qui a ainsi enregistré sa cinquième baisse consécutive, le groupe semblant incapable d’inverser le mouvement de défiance déclenché par les avertissements sur résultats de plusieurs de ses fournisseurs.

Les contrats à terme sur les indices américains signalent une ouverture proche de l’équilibre jeudi.

PÉTROLE

Les cours du pétrole poursuivent leur rebond, le Brent prenant 0,59% à 66,51 dollars et le brut léger américain évoluant à 56,4 dollars, après leur forte baisse des derniers jours.

Édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below