November 14, 2018 / 9:58 AM / in a month

L'Europe débute en baisse, le pétrole tente un rebond

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont débuté en baisse mercredi, affaiblies par des inquiétudes sur la croissance mondiale - avec des indicateurs annonçant une contraction des économies allemande et japonaise au troisième trimestre - et au lendemain d’un vif recul des cours du pétrole.

Les Bourses européennes ont débuté en baisse mercredi. À Paris, l'indice CAC 40 perd 1,02% à 5.049,86 points vers 09h30 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,81% et, à Londres, le FTSE de 0,84%. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

À Paris, l’indice CAC 40 perd 1,02% à 5.049,86 points vers 09h30 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,81% et, à Londres, le FTSE de 0,84%.

La Bourse de Milan perdait environ 1,7% à ce stade.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro cède 1,00%, le FTSEurofirst 300 1,14% et le Stoxx 600 0,87%, ayant touché son plus bas niveau depuis le 31 octobre.

Le secteur lié au pétrole et au gaz perd 0,94%, parmi les plus fortes baisses sectorielles, avec les ressources de base(-1,80%) et le secteur industriel (-1,75)

L’annonce que Rome a soumis à la Commission européenne un nouveau projet de budget 2019 avec des hypothèses de croissance et de déficit inchangées, mais des projections amendées pour la dette publique, n’a fait qu’aggraver les tensions au sein de la zone euro et fait grimper les rendements italiens.

Sur le plan de la conujoncture, l’économie allemande s’est contractée au troisième trimestre pour la première fois depuis 2015, affaiblie par un coup de frein des exportations dans le contexte de tensions commerciales internationales et par une baisse de la production automobile due à l’entrée en vigueur de nouvelles normes antipollution.

De même, la contraction de l’économie japonaise a été plus forte que prévu au troisième trimestre, du fait de catastrophes naturelles et d’un déclin des exportations, avec la montée des tensions commerciales.

En Chine, les données économiques ont été plus mitigées en octobre, avec une production industrielle supérieure aux prévisions mais une croissance des ventes de détail à son rythme le plus faible depuis mai dernier.

Sur le front commercial, le principal conseiller économique du président américain Donald Trump a déclaré mardi que Washington discutait à nouveau avec Pékin, une évolution qu’il a qualifié de “très positive”.

PETROLE

Les cours du pétrole tentent de rebondir après des informations de Reuters faisant état de discussions entre l’Opep et ses alliés en vue de réduire possiblement de 1,4 million de barils par jour leur production.

Le contrat de décembre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) gagne 0,81% à 56,14 dollars le baril après avoir plongé de 7,07% la veille. L’échéance de janvier sur le Brent grimpe de 1,27% à 66,30 dollars, après une chute de 6,63% mardi.

Les deux étalons restent sur 13 séances consécutives de baisse et ont perdu plus de 20% par rapport à leurs pics de quatre ans inscrits début octobre lorsque le Brent était à 86,74 dollars.

VALEURS

En tête du Stoxx 600, l’opérateur télécoms Iliad grimpe de 6,58% au lendemain de la publication de ses résultats trimestriels qui font ressortir une augmentation de son chiffre d’affaires grâce notamment à la réussite de son lancement en Italie.

Alstom prend 3,38% après avoir annoncé une forte progression de ses résultats sur les six premiers mois de l’exercice 2018-19 et un carnet de commandes record avant son rapprochement avec l’allemand Siemens (-1,28%), qui devrait être finalisé au premier semestre 2019.

Flybe prend 3,42%. La compagnie aérienne régionale britannique, qui peine à faire face à la hausse des coûts du carburant, à la baisse de la demande et à l’affaiblissement de la livre. envisage de se mettre en vente.

A Milan, Banca Carige a ouvert en hausse d’environ 15% vers 08h25 GMT après avoir perdu 48,65% la veille. La banque a confirmé lundi qu’elle allait recevoir jusqu’à 400 millions d’euros de la part d’autres banques italiennes et d’investisseurs privés pour renforcer ses fonds propres. Le titre a été interdit de ventes à découvert.

EN ASIE

La Bourse de Tokyo a fini en légère hausse, au terme d’une séance hésitante, soutenue par des rachats de positions à découvert sur les semi-conducteurs et l’ensemble des techs. L’indice Nikkei a gagné 0,16% à 21.846,48 points.

L’indice MSCI regroupant les valeurs d’Asie et du Pacifique (hors Japon) recule de xx%. Le SSE composite de Shanghai a terminé en baisse de 0,9%.

A WALL STREET

Wall Street a terminé plutôt en baisse une séance heurtée mardi, la reprise des technologiques, mais qui s’est essouflée en cours de séance, et de valeurs industrielles soutenues par l’espoir d’un accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis ayant été entravée par le recul des valeurs de l’énergie.

L’indice Dow Jones a perdu 100,69 points (0,40%) à 25.286,49 points. Le S&P-500, plus large, a cédé 4,04 points (0,15%) à 2.722,18 points. Le Nasdaq Composite a gagné 1,38 point (+,02%) à 7.202,24. [L8N1XO7L0]

Jerome Powell, président de la Réserve fédérale, participe à un débat mercredi sur les perspectives économiques à 23h00 GMT.

TAUX

Les rendements des obligations italiennes ont bondi et atteint des pics de trois semaines après que Rome a soumis un budget 2019 inchangé au niveau des hypothèses de croissance et de déficit mais avec des objectifs de dette revus en baisse. Le taux à 10 ans est à 3,54%.

L’écart entre les taux à 10 ans allemand et italien s’est élargi pour atteindre 314 points de base, contre 303 mardi soir.

Les rendements de la dette mieux notée de la zone euro ont baissé au contraire dans l’incertitude sur l’Italie, de baisse des cours du pétrole et après l’annonce d’une contraction de l’économie allemande au troisième trimestre.

CHANGES

L’euro est sous pression à la suite du refus de Rome de bouger sur le budget et se traite en-dessous de 1,13 dollar, en attendant la deuxième estimation du PIB de la zone euro au troisième trimestre, prévu à 10h00 GMT.

La livre sterling, qui a fortement progressé mardi après l’annonce d’un accord entre les négociateurs de Londres et Bruxelles sur le Brexit, se stabilise en attendant l’issue de la réunion de Theresa May avec ses ministres.

MÉTAUX

Le cuivre à Londres est en baisse sous le coup de l’annonce baisse plus forte que prévu des ventes de détail en Chine au mois d’octobre, même si la production industrielle est meilleure que prévu.

Édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below