November 12, 2018 / 11:40 AM / a month ago

TIM prêt à discuter réseau avec Open Fiber mais veut garder le contrôle

MILAN (Reuters) - Telecom Italia est favorable à la création d’un réseau unique en Italie et s’est dit prêt à coopérer avec son concurrent Open Fiber, à condition de garder le contrôle de ses infrastructures télécoms, a déclaré lundi l’administrateur délégué de l’opérateur télécom.

Telecom Italia est favorable à la création d'un réseau unique en Italie dont il garderait le contrôle et il est prêt à coopérer avec son concurrent OpenFiber, a déclaré lundi l'administrateur délégué de l'opérateur. /Photo d'archives/REUTERS/Stefano Rellandini

“TIM continue de soutenir l’idée d’un réseau unique en Italie pour éviter des doublons d’investissements inutiles dans les infrastructures”, dit Amos Genish, cité dans un communiqué.

Ces déclarations interviennent alors que le gouvernement italien prépare, selon des sources proches du dossier, un projet de loi susceptible de contraindre TIM à fusionner ses réseaux avec ceux de son concurrent.

Open Fiber, détenu par le groupe énergétique Enel - contrôlé par l’Etat italien et la Cassa Depositi e Prestiti (CDP) - a entrepris de déployer un réseau de fibre optique sur le territoire italien concurrençant directement celui de Telecom Italia.

TIM, dont le français Vivendi est le premier actionnaire, a déjà logé ses réseaux au sein d’une entité séparée, baptisée NetCo, qu’il contrôle entièrement.

L’opérateur n’a jamais exclu de céder une part de NetCo, mais a toujours dit vouloir en conserver le contrôle.

“Ce n’est qu’en gardant le contrôle que nous pourrons garantir les niveaux actuels d’investissement et d’emplois ainsi que le futur succès du déploiement des infrastructures 5G”, estime Amos Genish.

“La dé-consolidation du réseau mettrait en péril non seulement l’avenir du groupe, mais également les ambitions numériques du pays”, poursuit-il.

Les réseaux de Telecom Italia ont été au centre des débats depuis l’arrivée à son capital du fonds activiste Elliott, qui souhaite remanier le conseil de l’entreprise et restructurer le groupe, en cédant notamment une partie des actifs de NetCo.

Le titre TIM prenait 3,8% lundi après-midi à la Bourse de Milan, à 0,53 euro, une hausse que les traders attribuent à la volonté du gouvernement de faire avancer le dossier.

L’opérateur signe la plus forte progression de l’indice européen Stoxx 600, qui recule de 0,7% au même moment.

Luigi Di Maio, vice-président du Conseil et ministre de l’Industrie, a déclaré dimanche que le gouvernement s’efforçait de créer les conditions nécessaires à la création d’un acteur unique.

Il a ajouté que Rome discuterait avec toutes les parties impliquées et a dit espérer régler la question d’ici la fin de l’année, sans plus de détails.

Agnieszka Flak et Giulio Piovaccari,; Bertrand Boucey et Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Pascale Denis

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below