October 26, 2018 / 6:02 AM / 20 days ago

La France s'attelle à la délicate équation des enchères 5G

PARIS (Reuters) - En dépit de la frugalité récente du gouvernement français en matière d’enchères télécoms, les futures fréquences 5G pourraient voir leurs prix grimper lors de leur attribution l’an prochain, estime le président du régulateur des télécoms, qui cherche la parade pour éviter un scénario à l’italienne.

En dépit de la frugalité récente du gouvernement français en matière d'enchères télécoms, les futures fréquences 5G pourraient voir leurs prix grimper lors de leur attribution l'an prochain, estime le président du régulateur des télécoms, qui cherche la parade pour éviter un scénario à l'italienne. /Photo d'archives/REUTERS/Yves Herman

La dernière génération de fréquences mobiles n’est pas seulement une version améliorée et plus rapide de la 4G, disent les experts. Avec un débit potentiellement dix fois supérieur et un délai de réaction (“latence”) nettement réduit, elle promet de nouveaux usages en connectant tout, depuis les objets du quotidien jusqu’aux grandes infrastructures.

Dans cette future course au déploiement de la 5G, le nerf de la guerre est constitué par les bandes de fréquences, ressources rares et convoitées, attribuées par les gouvernements selon des modalités qui peuvent varier.

Le montant élevé de 6,55 milliards d’euros atteint au début du mois en Italie, l’un des premiers pays en Europe à organiser des enchères, a désarçonné analystes financiers et agences de notation qui s’inquiètent de son impact sur les modèles économiques des opérateurs italiens.

Les investisseurs, qui boudent le secteur des télécoms en Bourse, scrutent désormais les prochaines enchères.

Interrogé sur le précédent italien, Sébastien Soriano se montre prudent.

“Je ne peux pas encore vous dire que pour moi l’Italie est un contre-exemple tant que je n’ai pas complètement trouvé la martingale pour qu’on ne fasse pas les mêmes choses”, dit dans un entretien à Reuters le président de l’Arcep, qui lance ce vendredi une consultation sur l’attribution des fréquences.

L’ÉPOUVANTAIL ITALIEN

“Il y a une loi d’airain qui est celle de la rareté. Plus il y a d’acteurs qui veulent une ressource limitée et plus cela crée une attribution qui est compétitive”, ajoute-t-il.

A la différence d’autres pays comme l’Allemagne où la ressource est disponible sans difficulté, la France prévoit d’attribuer des bandes de fréquences qui, dans le cas du 3,5 GHz, sont déjà occupées pour partie par d’autres utilisateurs avec des autorisations allant pour certains jusqu’à 2026.

Si l’Arcep soumet à consultations plusieurs solutions techniques pour surmonter cet obstacle, il est possible que la quantité de fréquences disponibles au moment des enchères à l’été 2019 soit restreinte par rapport aux desiderata des opérateurs Orange, Bouygues Telecom, SFR (Altice) et Free mobile (Iliad).

“Il y a une équation encore à résoudre”, explique Sébastien Soriano. “Pour éviter que la compétitivité de l’attribution ne se transforme en prix élevés, il faut être inventif.”

Un coût élevé des fréquences pourrait constituer un problème supplémentaire pour des opérateurs français qui s’affairent encore à déployer la 4G, dont ils n’ont pas réussi à monétiser le progrès technologique dans le prix de leurs forfaits, parmi les plus bas d’Europe.

Si le gouvernement n’avait pas fermé la porte il y a quelques mois à des attributions sans enchères en contrepartie d’obligations fortes pour les opérateurs, sur le modèle de l’accord inédit conclu dans la 4G cette année, un tel scénario ne semble pas tenir la corde aujourd’hui.

PAS DE NOUVEAU “NEW DEAL” EN VUE

Dans le cas de la 5G, il s’agit de l’attribution de nouvelles fréquences et non d’un renouvellement, souligne Sébastien Soriano en pointant les exemples de voisins européens comme l’Allemagne qui s’orientent vers des enchères à plusieurs milliards d’euros.

En outre, la nature des ressources en jeu - des bandes de fréquences hautes qui permettent difficilement une couverture exhaustive de la population - se prête mal à un échange de bons précédés “fréquences contre obligations renforcées”.

L’option d’un “concours de beauté” entre candidats, qui pourrait permettre de contourner l’obstacle, semble aussi difficile à mettre en oeuvre.

En revanche, la recherche du jackpot financier n’apparaît plus comme la priorité de l’exécutif français qui a la main sur la valorisation des fréquences, souligne le dirigeant de l’Arcep.

“Par le passé, le critère financier a pu avoir beaucoup d’importance mais maintenant les esprits ont changé. Je dirais qu’il y a un espace pour être inventif”, estime-t-il.

En imposant de nouveaux investissements à des opérateurs éprouvés par une guerre des prix sans fin, les enchères pourraient être le déclencheur d’une consolidation d’un marché français qui n’en a jusqu’ici jamais trouvé la clef.

S’il dit ne pas être opposé par principe à une réduction du nombre d’acteurs, Sébastien Soriano souligne qu’il existe aussi des marges de manoeuvre en termes de partage de réseau, l’un des sujets soumis à la réflexion des acteurs concernés.

Autre enjeu de taille aux yeux de l’Arcep, la capacité des acteurs industriels, grandes infrastructures, collectivités à se saisir du processus, qui pourrait ne pas être ouvert qu’aux opérateurs, pour imaginer de nouveaux modèles économiques.

Si la pression est forte en Allemagne, notamment de la part du secteur automobile, l’Arcep ne constate pas pour l’instant le même empressement dans l’Hexagone en dépit des possibilités ouvertes par la 5G pour les objets connectés, la logistique, la santé, les véhicules connectés ou encore l’agriculture.

Edité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below