October 25, 2018 / 6:05 PM / 21 days ago

La BCE envisage de se donner plus d'air pour les réinvestissements

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) envisage de se donner plus de marge de manoeuvre lorsqu’elle réinvestira ses avoirs en dette souveraine l’année prochaine, afin d’être sûre de toujours trouver des obligations à racheter lorsque les anciennes arriveront à échéance, ont déclaré jeudi deux sources proches du dossier.

Le siège de la Banque centrale européenne (BCE). La BCE envisage de se donner plus de marge de manoeuvre lorsqu'elle réinvestira ses avoirs en dette souveraine l'année prochaine, afin d'être sûre de toujours trouver des obligations à racheter lorsque les anciennes arriveront à échéance. /Photo prise le 18 septembre 2018/REUTERS/Kai Pfaffenbach

La BCE a laissé sa politique monétaire inchangée jeudi et réaffirmé son intention de mettre fin à son programme exceptionnel de soutien au crédit et aux marchés après décembre en dépit de la dégradation des perspectives de croissance et des turbulences liées à la politique budgétaire italienne.

Ce ne sera pas aisé car on ne trouve pas forcément des obligations du même pays, en particulier de l’Allemagne, pour remplacer celles qui arrivent à maturité.

C’est pourquoi la BCE veut se donner plus que les trois mois prévus pour réinvestir le produit des obligations arrivant à échéance, ont précisé les sources.

Mario Draghi, le président de la BCE, a dit que la décision de réinvestissement serait annoncée lors de la réunion de politique monétaire du 13 décembre.

La BCE s’est refusé à tout commentaire.

Pour l’heure, la BCE et les 19 banques centrales de la zone euro ont jusqu’à trois mois pour recycler le cash versé en remboursement des obligations arrivées à échéance.

Lorsque les remboursements sont importants, la BCE soumet à quelques entorses la clé de répartition du capital, suivant laquelle les obligations d’emprunts d’Etat doivent être acquises à proportion de la contribution de chaque banque centrale nationale aux réserves de la BCE.

Ce fut le cas en avril avec une remboursement massif d’obligations allemandes qui a amené la BCE à racheter plus de papier italien, espagnol et français pour combler le trou, opération qu’elle compensa le mois suivant.

Selon Allianz, quelque 165 milliards d’euros d’obligations rachetées dans le cadre du Programme d’achat du secteur public, suivi par la BCE et les banques centrales nationales, arrivent à échéance en 2019, dont 30% d’allemandes, 20% de françaises et un peu plus de 15% d’italiennes.

Francesco Canepa, Frank Siebelt et Balazs Koranyi; Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below