October 19, 2018 / 10:15 AM / in a month

UBS reste à surpondérer sur les actions mondiales

PARIS (Reuters) - L’environnement de marché change avec la remontée des rendements obligataires mais il est trop tôt pour passer à “sous-pondérer” sur les actions, estime UBS dans l’édition de novembre de sa lette mensuelle à l’intention des investisseurs.

L'environnement de marché change avec la remontée des rendements obligataires mais il est trop tôt pour passer à "sous-pondérer" sur les actions, estime UBS dans l'édition de novembre de sa lette mensuelle à l'intention des investisseurs. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann

La hausse des taux des emprunts d’Etat dans un contexte de resserrement monétaire offre une véritable alternative aux investisseurs, reconnaît Mark Haefele, directeur des investissements pour UBS Global Wealth Management, dans une note publiée vendredi.

“En bref, les investisseurs ont désormais davantage de choix dans leur recherche de rendement réel mais nous pensons toujours qu’il est trop tôt pour sous-pondérer les actions dans les portefeuilles”, dit-il. “Dans notre allocation d’actifs tactique, nous maintenons notre position à surpondérer sur les actions mondiales.”

UBS aime aussi la dette puisque la banque suisse est passée ce mois-ci à “surpondérer” sur les emprunts d’Etat italiens à deux ans et maintient sa position à “surpondérer” sur les obligations souveraines émergentes en dollars.

“Nous sommes également à surpondérer sur les Treasuries à 10 ans et à sous-pondérer sur les emprunts d’Etat japonais à 10 ans”, ajoute Mark Haefele.

La question de savoir si les investisseurs doivent se détourner des actions au profit des obligations se pose bel et bien, poursuit le stratège d’UBS.

“Il est important de noter que, dans un contexte de portefeuille, le choix n’est pas binaire et nous insistons sur l’importance d’avoir un portefeuille diversifié avec des actions comme des obligations”, dit-il.

“Notre position à surpondérer sur les actions mondiales vient toujours du fait que nous pensons que les Etats-Unis, le plus gros marché d’actions au monde et le moteur de la croissance mondiale récente, restent en bonne santé économique”, argumente Mark Haefele.

Il note en outre que la valorisation des actions comparée à celle des obligations demeure attrayante en Europe et que les actions chinoises sont exagérément vendues.

Dans les mois à venir, UBS se concentrera sur la trajectoire des rendements obligataires ainsi que sur l’évolution des tensions commerciales et sur leur impact sur l’économie américaine, sur le bénéfice des entreprises et sur la valorisation comparée des actions et des obligations, lit-on dans la note.

Une conjugaison de la hausse des taux et du ralentissement de la croissance pourrait conduire la banque suisse à adopter un positionnement plus prudent, conclut Mark Haefele.

Patrick Vignal, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below