October 17, 2018 / 10:15 AM / a month ago

La BCE voit sa politique future contrainte par le vieillissement démographique

Le vieillissement démographique en Europe risque d'entraîner des récessions plus longues et des reprises moins vigoureuses, ce qui impliquerait de nouvelles contraintes en matière de politique monétaire, a averti mercredi Peter Praet, le chef économiste de la Banque centrale européenne (BCE). /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

MADRID (Reuters) - Le vieillissement démographique en Europe risque d’entraîner des récessions plus longues et des reprises moins vigoureuses, ce qui impliquerait de nouvelles contraintes en matière de politique monétaire, a averti mercredi Peter Praet, le chef économiste de la Banque centrale européenne (BCE).

L’évolution démographique a déjà un effet baissier sur les taux d’intérêt, privant la BCE d’une partie de sa puissance de feu conventionnelle et rendant plus difficile l’atteinte de son objectif d’inflation, a-t-il expliqué lors d’une conférence à Madrid.

L’objectif de la BCE d’une inflation inférieure à mais proche de 2% n’a pas été atteint depuis cinq ans et ne devrait pas l’être avant la fin de la décennie, ce qui donne à penser que la politique monétaire a perdu de son pouvoir en dépit des mesures exceptionnelles mises en oeuvre pour stimuler l’économie.

“Il faut être prudent sur le fait de compter sur les banques centrales pour répondre à des problèmes qui au bout du compte sont causés par des inefficacités structurelles économiques et financières”, a déclaré Peter Praet.

Si les outils conventionnels de politique monétaire ont jusqu’ici prouvé leur efficacité, le taux d’intérêt neutre, aussi appelé taux d’équilibre, a fortement baissé à mesure que le vieillissement de la population entraînait un accroissement de l’épargne, une moindre croissance de la productivité et une hausse de la proportion de retraités au regard des actifs, a-t-il fait valoir.

“Les récessions pourraient durer plus longtemps et les phases de reprise pourraient être plus lentes et moins profondes, avec un risque accru tout du long de manquer l’objectif”, a poursuivi Peter Praet.

Parmi les solutions possibles figurent le relèvement de l’âge de la retraite et des politiques encourageant la participation à l’emploi, par exemple au travers d’une mobilité accrue ou de la formation, a-t-il dit.

Il a aussi appelé de ses voeux des politiques visant à renforcer la croissance de la productivité, notamment en étendant des mesures déjà existantes à l’ensemble de la zone euro.

Paul Day et Jesús Aguado, Véronique Tison pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below