October 10, 2018 / 1:00 PM / 2 months ago

Prudence en vue à Wall Street, les craintes sur l'économie dominent

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en légère baisse et les Bourses européennes sont dans le rouge à mi-séance mercredi, les investisseurs s’interrogeant sur les répercussions des conflits commerciaux sur les perspectives économiques mondiales. Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,5% pour le Nasdaq et en repli de 0,1% pour le Dow Jones et le S&P-500. À Paris, le CAC 40 perd 0,73% à 5.279,99 points en début d’après-midi. À Francfort, le Dax cède 0,62% et à Londres, le FTSE perd 0,04%.

Wall Street est attendue en légère baisse et les Bourses européennes sont dans le rouge à mi-séance mercredi. Le CAC 40 perd 0,73% à 5.279,99 points en début d'après-midi. Le Dax cède 0,62% et à Londres, le FTSE perd 0,04%. /Photo d'archives/REUTERS/Andrew Kelly

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 abandonne 0,21%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,41% et le Stoxx 600 cède 0,34%.

Après l’OCDE le mois dernier, le Fond monétaire international (FMI) a également révisé à la baisse ses prévisions de croissance mondiale pour 2018 et 2019 en raison notamment de l’impact économique des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

Dans un nouveau rapport publié ce mercredi, le FMI souligne que les risques pesant sur la stabilité financière mondiale ont augmenté ces six derniers mois et que cette hausse pourrait s’accentuer en cas d’escalade des pressions sur les marchés émergents ou de dégradation supplémentaire des relations commerciales.

Sur ce dernier point, la détente ne semble pas à l’ordre du jour puisque Donald Trump, a de nouveau évoqué mardi la possibilité de relever les droits de douane sur 267 milliards de dollars (232 milliards d’euros) de produits chinois si Pékin riposte aux dernières barrières commerciales érigées par les Etats-Unis.

Dans ce contexte guère optimiste, le gouvernement allemand a abaissé ses prévisions de croissance pour 2018 et 2019 et il voit comme principal risque pour l’économie allemande une escalade des tensions commerciales, selon un document que Reuters a pu consulter mercredi.

VALEURS EN EUROPE

Le compartiment de la chimie en Europe abandonne 2,05% dans la foulée du repli des valeurs américaines du secteur la veille à Wall Street en réaction à l’avertissement de PPG Industries sur ses résultats. Le titre PPG a chuté de 10,06%.

Le secteur lié aux biens de consommation domestique dont le luxe souffre lui des craintes d’un ralentissement de la demande en Chine.

A Paris, le groupe LVMH perd 5,62% à 269,65 euros, un plus bas de six mois, en dépit d’une publication trimestrielle jugée solide. Dans son sillage, le titre Kering signe la plus forte baisse de l’EuroStoxx 50 (-5,95%) et l’action Hermès perd 4,92%.

TAUX

Le rendement des Treasuries à 10 ans évolue autour de 3,23%, après le pic de près de sept ans et demi atteint mardi à 3,261%.

En Europe, le taux italien à dix ans recule de plus de cinq points de base, sous le seuil de 3,5%, après les déclarations du ministre de l’Economie, Giovanni Tria, qui a annoncé que Rome ferait tout son possible pour regagner la confiance des marchés ébranlée par les nouvelles orientations budgétaires récemment annoncées.

Le gouvernement a affirmé dans le même temps qu’il ne reviendrait pas sur son projet d’augmenter la dépense publique.

CHANGES

Le dollar évolue à l’équilibre face à un panier de devises de référence et l’euro en profite (+0,1%) pour revenir autour de 1,15 dollar. La livre sterling prend 0,1% face au dollar et à l’euro, après avoir touché un pic de trois mois et demi face à la monnaie unique européenne, à la faveur d’informations faisant état de négociations entre l’Union européenne et le Royaume-Uni pour réduire leurs divergences sur le Brexit.

PÉTROLE

Les réductions de croissance prévues par le FMI pèsent sur les cours du brut: le Brent perd 0,12% en dessous des 85 dollars le baril et le brut léger américain abandonne 0,09% autour de 74,89 dollars le baril.

La baisse du marché est toutefois atténuée par la fermeture de 40% des capacités de production du golfe du Mexique à titre préventif avec l’arrivée de l’ouragan Michael sur les cotes de la Floride.

Édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below